Une nouvelle théorie sur les statues géantes qui se trouvent sur l’île de Pâques

Les statues géantes, les fameux Moai, qui sont érigés un peu partout sur l’Île de Pâques (Rapa Nui) ont toujours suscité la fascination, au-delà des mystères qui entourent encore jusqu’à aujourd’hui leurs constructions et la raison d’être même de ces gigantesques constructions.

Cependant, une nouvelle théorie concernant ces statues géantes vient d’être avancée. Selon le directeur de l’Easter Island Statue Project, Jo Ann van Tilburg, ces statues ont été érigées dans le but d’accroître la fertilité des terres. La scientifique a d’ailleurs précisé dans le Journal of Archaeological Science que les élites de Rapa Nui ont fait sculpter aux environs de 1 000 Moai pour les éparpiller un peu partout sur l’île dans un but agronomique.

Crédits Pixabay

En partenariat avec Sarah Sherwwood, géoarchéologue et spécialiste des sols, l’équipe de Van Tilburg annonce en effet que des preuves scientifiques confirment cette hypothèse.

Et cela résulte de cinq années d’études approfondies consacrées à deux Moai trouvés dans la partie orientale de l’île de Pâques.

Les études ont été effectuées sur les deux Moai en particulier

Les deux Moai concernés proviennent de la carrière de Rano Raraku. D’ailleurs, 95 % de ces statues géantes sont originaires de cette carrière.

Grâce à des tests effectués en laboratoire sur des échantillons de sol de cette région, des traces de banane, de taro et de la patate douce ont été identifiés.

Après plus de 30 ans de recherches et d’études sur l’île de Pâques, Jan Tilburg a indiqué que les sols de la zone de Rano Raraku sont parmi les plus riches de l’île. Le tuf lapilli (la roche-mère sous-jacente) et les roches de profondeur associées qui sont ramenées en surface ne pouvait qu’être bénéfique à la fertilisation des terres en apportant des éléments minéraux tels que le calcium et le phosphore.

Essentielles à la croissance des végétaux et à une bonne production agricole, ces roches constituent les fameuses statues géantes de l’île. Et en avoir découvert à proximité d’une carrière est un indice très important selon les chercheurs.

Selon les déclarations de Van Tilburg, cela démontre que Rano Raraku était une zone agricole très productive en plus d’avoir été le lieu où la sculpture de ces statues était effectuée. Le scientifique est ainsi confiant sur le fait que leurs recherches ont permis d’éclaircir le mystère des statues de l’île de Pâques : une vocation agronomique pour amender et fertiliser les terres.

Des tests dont les résultats ont bien surpris les chercheurs

Selon les dires de Tenn Sherwood, la fertilité du sol n’était pas la raison de l’existence de ces statues qu’ils attendaient après les tests. Toujours d’après elle, les résultats de la chimie du sol indiquaient des éléments indispensables à la croissance de plantes à des niveaux extrêmement élevés.

D’ailleurs, toujours selon Sherwood, les anciennes populations de Rapa Nui avaient l’air d’avoir déjà connaissance des conditions nécessaires pour une bonne fertilité des terres. Les statues enterrées seraient ainsi destinées à fertiliser le sol et celles debout représentent le caractère sacré de la région.