Une nouvelle utilisation du cannabis pourrait soulager efficacement l’épilepsie chez l’enfant

Bien que les premières études sur les propriétés médicinales du cannabis aient débuté vers 1843, elles restent encore très limitées. Après plusieurs décennies de combat judiciaire et politique, cette plante aphrodisiaque s’intègre enfin petit à petit dans la médecine moderne. Actuellement, il existe déjà des extraits de cannabidiol (CBD) utilisés dans le cadre du traitement de maladies telles que l’épilepsie.

Un enfant qui tient une feuille de cannabis

Toutefois, des études récentes suggèrent que le CBD et le THC (tétrahydrocannabinol) ne sont pas essentiellement les composants qui confèrent au cannabis ses qualités médicinales. En effet, cette plante embarque plus de 400 entités chimiques encore peu exploitées et dont les vertus restent inconnues jusqu’à ce jour.

Dernièrement, des scientifiques au Royaume-Uni ont effectué des tests préliminaires sur dix enfants atteints d’une forme rare et résistante d’épilepsie (le syndrome de Dravet). Il a été découvert que la prise d’un médicament à base d’un cannabis entier aurait diminué de 86 % la fréquence des crises.

Les autres composants du cannabis seraient beaucoup plus puissants que le CBD seul

Actuellement, les médicaments à base de cannabis approuvés sur le marché médical ne contiennent généralement qu’un extrait de CBD. Les récentes études suggèrent pourtant que la combinaison des autres composants du cannabis pourrait être plus bénéfique que l’isolement du cannabidiol.

D’ailleurs, le chanvre contient plusieurs catégories de composés chimiques, notamment, les flavonoïdes qui sont présentes dans certaines plantes médicinales. Chez ces dernières, ses substances chimiques seraient 30 fois plus efficaces que l’aspirine pour réduire douleur et inflammation.

On y retrouve également des terpènes, une autre catégorie de composés du cannabis ayant des structures moléculaires très proches de celle de l’ail. Ainsi, ils pourraient contribuer à améliorer la santé cardiovasculaire et disposer de propriétés anti-cancérigènes.

Des résultats impressionnants, mais pas encore complets

Suite aux premiers essais préliminaires, les parents ont fait état de bien meilleurs résultats avec la plante intégrale qu’avec tout autre traitement antiépileptique conventionnel. Ils ont également signalé des améliorations au niveau des résultats cognitifs et comportementaux de leurs enfants.

« Cette étude établit la faisabilité du cannabis médical à plante entière en tant que médicament efficace et bien toléré pour réduire la fréquence des crises chez les enfants souffrant d’épilepsie réfractaire. »

Rayyan Zafar, PhD du département des sciences du cerveau Imperial College London

Néanmoins, cette étude doit encore passer par des essais randomisés et contrôlés par placebo sur un échantillonnage plus conséquent. Il s’agit d’une étape nécessaire pour que la valeur thérapeutique d’une plante entière de cannabis soit reconnue comme un traitement épileptique chez l’enfant.

SOURCE : SCIENCEALERT

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.