Une pianiste obligée de se faire passer pour un homme pour passer à la radio

Il est difficile de se faire un nom dans l’industrie musicale quand on est une femme. Annabel Bennett en est la preuve. Le site Europe1 a récemment relayé l’histoire de cette pianiste originaire de Padstow (Royaume-Uni) qui a dû se faire passer pour un homme pour être diffusée à la radio. Pourtant, ce n’est pas le talent qui lui manque.

Annabel Bennett a neuf ans de carrière à son actif. Au cours de ces nombreuses années, elle a composé plus de 350 œuvres originales. Malheureusement, elle a eu du mal à percer. Cette pianiste autodidacte a sillonné les radios et a même proposé certaines de ses compositions à la BBC, sans succès. Selon elle, ces derniers refusaient de passer ses morceaux parce qu’elle était une femme.

Une femme se tenant le visage dans les mains
Photo de Anthony Tran – Unsplash

Pour y remédier, elle s’est donc créé un personnage du nom d’Arthur Parker. Elle a utilisé cette identité pour retenter sa chance auprès de la BBC. Cette fois-ci, Annabel Bennett n’a essuyé aucun refus.

Annabel Bennett a sorti un album

Les titres envoyés par Annabel Bennett sous le nom d’Arthur Parker étaient les mêmes que ceux qu’elle avait envoyés sous sa véritable identité. Cela a confirmé ce qu’elle pensait depuis le début : le problème résidait dans le fait qu’elle était une femme. Avec le nom d’Arthur Parker, sa carrière n’a pas mis longtemps à décoller.

Comme le soulignent nos confrères du site Europe1, Arthur Parker est même devenu le compositeur le plus diffusé par la plateforme « nouveau talent » de la BBC. Plus de 40 de ses compositions passent désormais à la radio nationale. Le 20 février 2021, Arthur Parker a sorti son premier album. Annabel Bennett a profité de cette occasion pour révéler son identité.

La porte-parole des femmes dans l’industrie de la musique ?

Jusqu’à la sortie de cet album, personne ne se doutait qu’une femme se cachait en fait derrière le nom d’Arthur Parker. Annabel Bennett a expliqué qu’elle évitait les appels téléphoniques et ne communiquait que par e-mail avec la BBC pour préserver son secret.

Aujourd’hui, elle se sert de son histoire pour attirer l’attention du public sur les difficultés auxquelles les femmes sont confrontées dans l’industrie musicale. Pour Annabel Bennett, la musique ne devrait pas être basée sur une question de genre.

« Nous devons être jugés sur notre musique, et non sur notre genre », explique-t-elle.

Notons le fait que son album est signé sous le nom d’Arthur Parker. Annabel Bennett estime que cela sera bénéfique pour ses ventes.