Une pilule autonome contre la bélonéphobie

Une nouvelle avancée dans le domaine de la science ! D’après un article publié dans le magazine Science, des chercheurs de Harvard et du MIT auraient créé un prototype de pilule autonome destiné aux personnes sujettes à la bélonéphobie ou peur des aiguilles.

Cette nouvelle méthode pourrait bien mettre un terme aux injections sous-cutanées, ce qui profiterait, en l’occurrence, aux diabétiques.

Le projet débute tout juste, mais les premiers résultats offrent de belles perspectives. Une réussite signifie que les vaccins douloureux n’auront plus lieu d’être. Aussi, les séances d’injection ne seront plus un supplice ni pour les médecins ni pour les patients.

Une fois ingérée, la pilule autonome viendra se loger dans l’intestin pour y diffuser une quantité infime de médicaments.

La pilule n’est qu’une partie immergée de l’iceberg. La recherche peut aboutir à la création d’un panel varié de médicaments biologiques, sans parler des diverses thérapies.

Le mode de fonctionnement de la pilule

Pour en arriver à cette conclusion, il a fallu que les chercheurs du MIT et de Harvard étudient méticuleusement le fonctionnement d’une tortue léopard. Les analyses se sont essentiellement centrées sur le physique bancal de ce reptile ainsi que son mécanisme autoorienté. En ce qui concerne les premiers tests de la pilule autonome, ils ont été effectués sur des estomacs de porc. L’expérience consistait à y administrer une fine quantité d’insuline.

De la taille d’un pois, la capsule agit comme une pilule autoredressante. Après l’ingestion, elle se fixe verticalement sur la paroi de l’intestin. Ladite capsule est en polyester biodégradable, ce qui réduit considérablement les risques. Selon les chercheurs, la pilule embarque une aiguille à ressort de 1,7 mm ainsi qu’une petite quantité de sucre caramélisé qui se dissout au contact de l’estomac.

Un projet très prometteur

La pilule autonome et autoorientée reste efficace, peu importe la position de l’animal. L’on a également constaté une diminution significative du taux de sucre présent dans le sang des porcs. Même chose pour le taux d’insuline qui est resté stable 16 semaines d’affilée, sans pour autant engendrer des effets secondaires.

Il existe néanmoins une condition pour que la pilule fonctionne : le ventre des porcs doit être complètement vide. Quoi qu’il en soit, des recherches supplémentaires seront effectuées pour optimiser les performances et l’efficacité de cette pilule révolutionnaire.

Mots-clés médecinesanté