Une planète rare découverte grâce à un photobombing

Une équipe de chercheurs de l’Agence spatiale européenne (ESA) vient de faire une découverte à la fois fascinante et accidentelle en examinant le système Nu2 Lup à travers le télescope Cheops. L’étoile Nu2 Lup, située à 48 années-lumière de la Terre, dans la constellation de Lupus, est orbitée par deux planètes déjà connues : Nu2 Lup b et et Nu2 Lup b. En étudiant le système, les astronomes ont pu distinguer une troisième planète, baptisée Nu2 Lup c, grâce à un phénomène inattendu de transit planétaire.

La planète nouvellement découverte affiche une orbite de plus de 100 jours. En temps normal, il n’est pas évident de repérer une planète située à une telle distance de son étoile hôte via la méthode du transit. Dans le cas présent, cependant, l’astre semble suffisamment brillant pour que le passage de sa troisième planète soit visible à l’œil nu.

Une planète flottant dans l'espace
Image par mike lacoste de Pixabay

Les chercheurs pensent que deux des trois planètes du système regorgent de grandes quantités d’eau en leur sein. Les résultats de la recherche ont été publiés aujourd’hui dans Nature Astronomy.

Une découverte inattendue et fascinante

La planète Nu2 Lup a ainsi été découverte par photobombing, c’est-à-dire par intrusion accidentelle au premier plan dans l’observation initiale.

« La découverte du transit de Nu2 Lupi d a été surprenante, car les chances de voir une planète transiter à une telle distance de son étoile hôte sont très faibles. »

Dr Thomas Wilson, co-auteur de l’étude et chercheur au Centre for Exoplanet Science de l’École de physique et d’astronomie de l’Université de St Andrews

Selon l’étude, le rayon de Nu2 Lup serait d’environ 2,5 fois celui de la Terre. Sa masse, par contre, dépasserait largement celle de la planète bleue (8,8 fois supérieure).

A lire aussi : Pour la première fois, on a découvert des isotopes dans l’atmosphère d’une exoplanète

Ces planètes contiennent plus d’eau que la Terre

Les chercheurs de l’ESA estiment que l’étude de ce système pourrait apporter des informations précieuses. Les résultats obtenus permettant de mieux comprendre la formation et l’évolution des autres systèmes, dont le système solaire. D’ailleurs, les scientifiques ont déjà pu étudier de manière superficielle la composition des trois planètes tournant autour de Nu2 Lupi.

Ainsi, Nu2 Lupi b serait essentiellement constituée de roches. Par contre, Nu2 Lupi d et c contiendraient beaucoup plus d’eau que la Terre. Concrètement, un quart de la masse de chaque planète serait constituée d’eau, contre moins de 0,1 % pour la Terre.

« Bien qu’aucune de ces planètes ne soit habitable, leur diversité rend le système encore plus passionnant et constitue une excellente perspective d’avenir pour tester la façon dont ces corps se forment et changent au fil du temps. »

Le Dr Kate Isaak, scientifique du projet Cheops de l’ESA

Mots-clés exoplanète