Une Prison britannique teste un “champ de force” anti-drones

Les Nicolles Prison est en train de mettre en place une barrière anti-drones afin de limiter autant que possible les livraisons sauvages. Si l’expérience porte ses fruits, la mesure pourrait être étendue rapidement à toutes les prisons du territoire britannique.

Ce centre pénitentiaire est situé sur l’île Guernesey, au large des côtes britanniques, dans l’archipel des Channel Islands.

Barrière drones

Comme toutes les prisons, Les Nicolles Prison est régulièrement confronté à des cas de livraisons sauvages effectuées par drones interposés.

Les Nicolles Prison par en guerre contre les drones

Cette pratique a littéralement explosé avec la démocratisation de ces engins volants et elle ne se limite pas au territoire américain. Au Québec, par exemple, le nombre de livraisons de ce type a littéralement explosé en 2016 et plus de quatre-vingts cas ont ainsi été recensés sur cette période, soit six fois plus que l’année précédente.

La France se trouve elle aussi dans le même cas et de nombreuses opérations de ce type ont ainsi été signalées au fil de ces derniers mois. Plus tôt dans l’année, des détenus s’étaient ainsi fait livrer deux téléphones portables dans la cour de la promenade de la prison d’Annoeullin.

Si les surveillants ont fini par retrouver le destinataire du colis, le pilote n’a pas été identifié et il n’a donc pas été interpellé.

Face à la situation, les administrateurs de ce centre pénitentiaire britannique ont donc décidé de prendre le taureau par les cornes et d’installer un système de brouillage afin d’empêcher le survol de la prison par les drones.

Un mur invisible capable de brouiller les signaux des drones

Pour mener à bien ce projet, ils ont choisi de s’appuyer sur le savoir-faire de deux entreprises anglaises, Drone Defense et Eclipse Digital Solutions. En s’appuyant sur les techniques de brouillage, ces dernières ont élaboré la “Sky Fence”, un réseau composé d’une vingtaine de perturbateurs.

Une fois installés autour de la zone à confiner, ces derniers sont capables de déployer en un instant un mur invisible de 600 mètres de long, un mur capable de confiner tous les signaux émis et reçus par les drones. Grâce à ce système, ces appareils se retrouveront donc dans l’incapacité de survoler la prison et ils ne pourront donc pas effectuer de livraisons aux prisonniers.

L’installation des perturbateurs a commencé et la barrière sera activée dès le mois prochain. Si l’expérience porte ses fruits, alors le procédé pourrait être rapidement étendu aux autres prisons britanniques.

Mots-clés insolite