Une protéine indispensable à la vie trouvée sur un objet extraterrestre

Selon une étude récemment ajoutée à l’archive de pré-impression arXiv, des scientifiques auraient réussi à détecter des traces d’une protéine dénommée hémolithine à l’intérieur de la météorite Acfer 086 qui avait été trouvée en Algérie en 1990. Ce qui rend cette découverte particulière, c’est le fait que c’est la première fois que l’on découvre cette protéine, qui fait partie des éléments clé de la vie, sur un objet d’origine extraterrestre.

D’après les scientifiques, cette découverte pourrait avoir de grandes implications sur la compréhension des origines de la vie sur Terre, ainsi que sur toute autre planète de l’Univers.

Crédits Pixabay

Bien que cette trouvaille soit une avancée très importante dans le domaine, il faut tout d’abord que les résultats de l’étude soient vérifiés par d’autres scientifiques. D’après Julie McGeoch, biologiste moléculaire à l’Université de Harvard et coauteur, d’autres chercheurs devront refaire les manipulations en utilisant la même méthode pour voir si l’on peut obtenir les mêmes résultats.

L’origine de l’étude

Selon les informations, cette recherche de la fameuse protéine a débuté il y a plus de dix ans. En 2007, McGeoch et son collaborateur Malcolm McGeoch étudiaient les interactions entre l’eau et les protéines. L’idée leur est ainsi venue que des réactions entre eau et protéines auraient pu avoir lieu dans les nuages interstellaires qui ont ensuite formé notre système solaire. Ces réactions sont des indices sur comment la vie a pu apparaître sur Terre.

Les météorites sont des outils très importants pour les scientifiques, car ce sont des pièces provenant de la formation du système solaire. Les chercheurs connaissent depuis longtemps le fait que les météorites contiennent des acides aminés qui sont les éléments constitutifs des protéines. Cependant, il a fallu faire une recherche plus poussée pour détecter la présence d’une protéine complète.

Des résultats engageants

Pour trouver la protéine complète, l’équipe de McGeoch a dû isoler de potentielles protéines à partir d’échantillons, analyser leur composition chimique, et enfin, caractériser leur structure moléculaire. Les chercheurs ont obtenu les données souhaitées à l’aide d’un spectromètre de masse de chez Bruker. Ils ont ainsi pu caractériser la protéine du nom d’hémolithine dans la météorite Acfer 086.

D’après ce qui est indiqué dans l’article, l’hémolithine découverte aurait été formée dans le disque protosolaire, ou même plus tôt dans des nuages interstellaires existant bien avant la naissance du soleil.

Selon les scientifiques, l’hémolithine pourrait être capable de diviser l’eau en ses constituants basiques qui sont l’hydrogène et l’oxygène. Ce processus est connu pour avoir joué un grand rôle dans le développement de la vie sur Terre.

McGeoch a indiqué que le rôle de l’hémolithine dans la division des molécules d’eau reste encore une simple spéculation.  Les chercheurs vont ainsi continuer à étudier cette protéine pour pouvoir connaitre ses propriétés et voir si elle constitue effectivement une source d’énergie chimique pour le processus biochimique qui a mené à l’apparition de la vie.