Une sculpture de Toutankhamon a été vendue aux enchères pour 6 millions de dollars malgré les contestations

Christie’s a récemment vendu aux enchères une sculpture vieille de 3300 ans représentant la tête du roi égyptien Toutankhamon. Il s’agit d’un buste de 28 cm de haut fabriqué en quartzite. D’après Christie’s, la sculpture est en très bon état bien qu’il y ait certaines parties endommagées comme les oreilles, le nez et le menton.

La vente a été effectuée malgré la déclaration du gouvernement égyptien concernant l’origine de la sculpture. L’État égyptien a en effet indiqué que la pièce avait été volée à l’Égypte et réclame ainsi sa restitution.

Crédits Pixabay

C’est un collectionneur anonyme qui a fait l’acquisition de la pièce historique le 4 juillet dernier pour un montant d’un peu moins de 6 millions de dollars.

Une vente historique

Selon Laetitia Delaloye, responsable des arts et antiquités à Londres, le visage représenté sur la sculpture est le plus reconnaissable de tous les visages royaux égyptiens connus. Delaloye fait ainsi référence aux traits uniques du roi Toutankhamon avec ses yeux en amande, ses pommettes saillantes et sa lèvre supérieure proéminente.

En ce qui concerne sa mise aux enchères, Delaloye a déclaré qu’ils étaient honorés de présenter cette pièce à la vente pour la première fois de son histoire. D’après elle, la sculpture était bien connue des amateurs d’objets historiques et a été exposée un grand nombre de fois au cours des 35 dernières années.

Une acquisition contestée

Cette mise en vente chez Christie’s est intervenue alors que le gouvernement égyptien avait fait une réclamation auprès du gouvernement britannique concernant la propriété de la sculpture. Selon ABC News, l’Égypte revendique le droit de propriété de la pièce qui, selon l’État égyptien, leur avait été volée. Zahi Hawass, l’ancien ministre égyptien des antiquités, a déclaré que les responsables britanniques ne leur ont jamais parlé de l’origine de la sculpture ni de comment elle est sortie d’Égypte.

De leur côté, les responsables chez Christie’s ont indiqué qu’ils ont fait toutes les démarches nécessaires pour vérifier la propriété de la pièce et ainsi pouvoir procéder légalement à la vente. Un responsable du gouvernement britannique a déclaré qu’ils s’attendent à ce que toutes les ventes se déroulent conformément aux lois en vigueur et que c’est la responsabilité de Christie’s de s’en assurer.

L’Egypte n’en est pas à sa première réclamation concernant la propriété d’objets historiques retrouvés pendant les fouilles archéologiques. Le pays n’est pas non plus le seul à faire ce genre de réclamation puisqu’actuellement, de nombreuses nations commencent aussi à revendiquer la propriété des pièces archéologiques retrouvées sur leur territoire par des chercheurs étrangers.

Mots-clés archéologie