Une simple photo pour se libérer des objets embarrassants

Au fil du temps, au fur et à mesure que les objets s’accumulent dans l’appartement, ils deviennent de plus en plus encombrants. Souvent, il est difficile de les jeter ou de les donner du fait qu’ils connotent parfois des valeurs sentimentales. Néanmoins, il existe une solution toute simple. L’idée est de les prendre en photo pour ensuite en faire des dons. C’est la solution proposée par une équipe de chercheurs menée par Karen Winterich.

La recherche a été effectuée dans le but d’aider ceux qui ont des difficultés à trier les différents objets qui s’empilent chez eux. Elle a été menée par des scientifiques de l’université de l’État de Pennsylvanie. Ils ont travaillé de concert avec des chercheurs du Fisher College of Business de l’université de l’État d’Ohio et de l’université du Texas.

Photo étude

Ces spécialistes, pour mener à bien la recherche, ont engagé 797 étudiants de l’université de Penn State. Ce sont des résidents parmi les six établissements de la zone universitaire.

Des campagnes d’affichage

Ces différentes entités prévoient d’organiser des campagnes d’affichage. L’information sera affichée partout dans les établissements universitaires. Leur objectif est d’inciter au partage et au tri en même temps.

Ils ont annoncé qu’à la fin du trimestre d’automne, les objets seront distribués sous forme de dons.

Ainsi, afin de soutenir la campagne de dons, deux autres campagnes d’affichage ont été menées. Jusque là, ils ont pu enregistrer six cent treize objets grâce à la campagne d’affichage « Préservation de la Mémoire ».

Seulement cinq cent trente-trois dons ont été obtenus à travers la campagne de contrôle.

De la mémoire visuelle

L’initiatrice de l’idée aurait elle-même été confrontée à ce problème. Winterich a souligné que : « Le projet a démarré lorsque j’ai réalisé que je gardais un vieux short de basket simplement parce qu’il me rappelait la fois où notre équipe avait battu une grande rivale au collège. » « Ce n’était pas le short que je voulais ; c’était le souvenir de cette victoire, et c’est ce que me rappelait le short dès que je le voyais. » a-t-elle poursuivi.

Il faut admettre que cette solution a la particularité de profiter à tout le monde. La chercheuse a affirmé qu’« On pourra non seulement faciliter le fait de se débarrasser d’objets devenus encombrants, mais aussi stimuler le processus de dons, ce qui bénéficiera aux associations caritatives et au public auquel elles viennent en aide. »

« Ne gardez pas votre désordre sentimental, rassemblez simplement vos objets, puis donnez-les. » a-t-elle conclu.