Une solution insolite pour réduire le risque de cancer de la prostate

L’éjaculation serait un moyen insolite, mais efficace pour limiter le risque de cancer de la prostate. Un minimum mensuel de 21 éjaculations garantirait une prostate en bonne santé.

Tous les hommes sont concernés par le risque de cancer de la prostate. Environ 13 hommes sur 100 développent cette anomalie cellulaire de la glande reproductrice au cours de leur vie. Deux à trois y succombent. L’âge constitue le principal facteur de risque. Plus un homme est âgé, plus le risque d’avoir un cancer de la prostate est élevé. En outre, certains groupes présentent un risque accru. Les hommes noirs d’origine africaine ou caribéenne ont deux fois plus de risques de contracter ce cancer ou d’en mourir. Les personnes avec des antécédents familiaux ont également des chances accrues d’en souffrir.

Un homme se tenant l'entrejambe
Crédits Pixabay

Une alimentation saine et la pratique d’une activité physique régulière sont des moyens de prévention connue. Néanmoins, des chercheurs de l’université Harvard proposent une solution insolite ayant l’avantage d’être très simple.

A lire aussi : 100 ans plus tard, nous n’avons toujours pas trouvé de différences entre le cerveau masculin et le cerveau féminin

De fréquentes éjaculations recommandées pour les adultes

L’étude n’est pas récente. Un article la détaillant a été publié en mars 2018 par la revue scientifique European Urology. 31 925 hommes ont été sollicités pour participer à la recherche. Ils ont été invités à fournir des informations sur leur fréquence moyenne d’éjaculation mensuelle. Les chercheurs ont ensuite analysé les données. Les individus qui éjaculent plus fréquemment réduisent d’un tiers leurs chances de développer un cancer de la prostate, a noté l’équipe de recherche.

Les hommes ayant une fréquence d’éjaculation plus élevée par rapport à ceux ayant une fréquence plus faible à l’âge adulte sont moins susceptibles de développer le trouble. « Ces résultats fournissent des preuves supplémentaires d’un rôle bénéfique des éjaculations plus fréquentes tout au long de la vie adulte dans l’étiologie du cancer de la prostate », peut-on lire dans la version numérique de l’article.

L’éjaculation est le phénomène physique qui accompagne l’orgasme masculin. Elle se traduit par l’expulsion du sperme à la suite d’un rapport sexuel ou d’une masturbation. Les notes de recherche manquent de préciser de quelle manière éjaculer pour réduire le risque de cancer de prostate. À noter que la qualité du sperme ne change pas qu’il s’agisse d’un rapport sexuel ou d’une masturbation.

Éjaculer pour améliorer la réponse immunitaire

L’éjaculation ne fait pas que réduire le risque de cancer prostatique. Elle peut calmer la douleur. La sécrétion d’endorphines entraîne des sensations d’euphorie, une modulation de l’appétit, la libération d’hormones sexuelles, ainsi que l’amélioration de la réponse immunitaire.

Le processus fait également en sorte que le corps libère des hormones comme la prolactine et l’ocytocine. Celles-ci aident à la détente et au sommeil. Éjaculer fréquemment reviendrait donc à prendre soin de sa santé.