Une source de chaleur a été repérée sous l’Atlantique

Un radar tridimensionnel a été utilisé pour étudier des activités sismiques en Antarctique. Les scientifiques ont pu constater que les ondes sonores ralentissent quand elles pénètrent verticalement le sol. Idem pour les ondes sismiques qui, de leur côté, ont pris plus de temps à traverser le manteau terrestre. Ce phénomène de décélération serait en fait causé par la présence d’un liquide. Plus précisément, il s’agirait d’une roche en fusion.

En effet, les recherches ont débouché sur l’hypothèse de la présence d’un panache sous la lithosphère. Afin de vérifier celle-ci, l’équipe de chercheurs du Jet Propulsion Laboratory (JPL) de la NASA a monté un modèle informatique en 3D. La maquette a permis de connaître les mesures exactes et d’effectuer différents calculs.

Lac subglaciaire

Un nouveau lac subglaciaire a été découvert en Antarctique.

Après observations, Hélène Seroussi, climatologue de la JPL, a validé l’hypothèse d’un panache de magma chaud sous l’Antarctique.

De la glace sur du feu

Dans la partie ouest de l’Antarctique, il existe un renflement du manteau nommé Marie Byrd Land Dome. À première vue, la croûte terrestre de cette région semble plus épaisse. Toutefois, les enregistrements sismiques pris par le radar ont indiqué qu’une matière liquide ondoie en dessous.

Tout semble indiquer la présence d’un panache. Ce dernier est mesuré à cent cinquante milliwatts de chaleur géothermique au mètre carré. Pour un terrain choisi au hasard aux États-Unis, les mesures varient entre quarante et soixante milliwatts par mètre carré.

Pour rappel, l’homme n’est pas le seul responsable du réchauffement climatique. Il existe également d’autres facteurs liés à la nature.

La pollution serait liée au réchauffement magmatique

La calotte glaciaire subit actuellement un amincissement progressif de son épaisseur. D’après les spécialistes, les impacts des activités humaines ne suffisent pas pour expliquer la vitesse de la fonte de glace en Antarctique.

La récente découverte mène alors à croire que le panache est indubitablement une cause majeure de la dégradation du continent. Selon les données satellitaires, la partie ouest est la plus concernée, l’épicentre étant la région Marie Byrd.

Il est vrai que la formation des panaches de magma est plus ancienne que le réchauffement climatique. D’autres études ont même révélé que le panache de Marie Byrd pourrait être plus vieux que la calotte polaire.

Mots-clés atlantiqueinsolite