Une voiture qui s’arrête si le chauffeur ne va pas bien

Dans l’optique de satisfaire ses clients et d’apporter plus de sécurité aux chauffeurs, Mazda prévoit de renfoncer sa technologie avec des logiciels encore plus puissants. D’ici à 2025, la marque japonaise proposera des voitures ayant la particularité de s’arrêter dans le cas où le conducteur rencontre un souci de santé.

Une Mazda rouge qui se gare sur une autoroute

L’erreur est humaine, c’est un fait. Chaque année, de nombreux accidents se produisent dans le monde à cause d’un mauvais état de santé du conducteur. Ces véhicules qui verront le jour d’ici à 4 ans sauront prévenir ceux qui dorment au volant et ceux qui ont des problèmes de santé pouvant occasionner une crise cardiaque, un problème respiratoire, etc.

Concrètement, le véhicule est équipé de caméras disposées à l’intérieur du véhicule qui recueillent des informations. Les données sont ensuite traitées par un algorithme qui détecte les potentielles maladies de la personne qui est au volant.

Mazda collabore avec des centres hospitaliers

Tout en assurant la qualité des véhicules, Mazda a pensé à toutes les catégories de besoins. En effet, la marque a l’intention de proposer trois gammes différentes : un modèle luxueux, un autre de moyen de gamme et un troisième beaucoup plus simple.

Afin de mener à bien son projet, la firme nippone collabore également avec des hôpitaux, à l’instar de l’hôpital universitaire de Tsukuba. Ces établissements sanitaires lui fournissent des informations cruciales pour permettre à l’intelligence artificielle de déterminer l’état de santé du conducteur. Dès qu’elle détecte un problème, la voiture se gare rapidement sur l’endroit sans interdiction de stationner le plus près.

L’IA prend le contrôle et le véhicule se met en alerte

Dès qu’un problème est détecté, la voiture fait une alerte rouge. Elle klaxonne et les feux de détresse s’allument. Par la même occasion, l’IA démarrera un appel d’urgence pour signaler la police et faire venir une ambulance.

Certains concurrents du constructeur travaillent aussi sur des technologies presque identiques. C’est la raison pour laquelle le groupe nippon prévoit de proposer la sienne en Europe et veut patienter avant de la déployer aux États-Unis.

Naturellement, une technologie aussi intrusive ne manque pas de soulever des questions éthiques. Mazda a toutefois souligné qu’il s’agit uniquement de protéger les conducteurs et les autres utilisateurs de la route. La marque a également tenu à rassurer ses potentiels clients sur la confidentialité des données personnelles.

Mots-clés mazdasanté