Google+ : bientôt des URL personnalisées ?

A l’heure actuelle, les URL pointant vers nos profils et nos pages Google+ ne sont pas forcément très faciles à retenir. Elles contiennent effectivement des séries de nombres obscurs et pas franchement jolis à regarder. Facebook, de son côté, propose depuis longtemps la personnalisation de ces adresses et Google+ pourrait s’inspirer très prochainement de cette fonctionnalité et proposer ainsi des URL personnalisées, aussi connues sous le nom de « Vanity URL ». Et autant dire que c’est typiquement le genre de fonctions qui nous faciliteraient grandement les choses.

Google+ : bientôt des URL personnalisées ?

Et on touche du bois. Non, vraiment, de mon point de vue, c’est franchement l’une des fonctions qui manquent le plus à Google+. Sans rire, quand quelqu’un te demande l’adresse de ton compte ou de ta page Google+ et que tu balances un truc dans le genre « https://plus.google.com/u/0/b/113590929238335239518/ », c’est franchement un coup à se claquer une veine du cerveau. Or justement, si l’on en croit The Next Web, cela serait sur le point de changer. Big G pourrait effectivement lancer dans un avenir proche – ou en tout cas que l’on espère pas trop lointain – une fonction nommée « Vanity URL » et qui vous permettrait d’obtenir un truc du genre « http://plus.google.com/fredzone« .

En tout cas, en ce moment, ça bouge plutôt bien du côté du réseau social de Google. On pourra ainsi rappeler que la firme a récemment intégré une boutique d’application à ses hangouts et qu’il est même question qu’elle lance prochainement un système de commentaires externalisés pour les sites et les blogs. Avec ces « Vanity URL » en plus, Google+ disposerait donc d’un argument supplémentaire pour nous donner envie de passer un peu plus de temps sur ses pages.

Quoi qu’il en soit, dès qu’on en saura plus sur le sujet, vous serez évidemment les premiers au courant. Aller, on va croiser les doigts et espérer que cela ne soit pas qu’une rumeur parce que je la veux, moi, mon adresse personnalisée, non mais !