Un vaisseau capable de voler sans carburant ? La NASA prouve que ça marche.

Ça paraît facile quand on les voit s’élever dans les airs, mais faire décoller une fusée, c’est tout un travail. Basiquement, le carburant est brûlé et éjecté à très grande vitesse ce qui, suivant gentiment le principe des actions réciproques énoncé par Newton lu-même, donne la poussée nécessaire à l’engin pour s’élever. Ça c’est la théorie. En pratique, il faut suffisamment de carburant pour que la fusée s’élève et, pour cela, il faut aussi prendre en compte le poids du carburant lui-même, qui change bien évidemment à chaque seconde après le lancement… Bref, ce n’est pas pour rien que les premières fusées ont mis du temps à venir.

Un moyen de propulsion efficace qui serait ultra léger serait donc idéal. Si ça paraît n’être qu’un rêve, ça ne l’est pas pour la NASA qui a fait une expérience des plus intéressantes.

Une poussée avec des micro-ondes

À une très petite échelle, la NASA est en effet parvenue à créer une poussée en n’utilisant aucun carburant traditionnel mais en s’appuyant uniquement sur des micro-ondes rebondissant à l’intérieur d’un conteneur.

Avec la bonne forme de conteneur, il est en effet possible de créer une poussée, l’expérience l’a montré. Manque de bol, on n’est pas encore sûrs de la façon dont tout cela fonctionne vraiment.

En effet, la NASA a procédé à deux expérimentations avec deux formes différentes. L’une d’elle était notamment censée échouer mais a finalement réussi. Autrement dit, ça fonctionne, mais pas de la façon dont on aurait pu l’imaginer au premier abord.

Quoiqu’il en soit, on ne doute pas que les scientifiques en charge du projet finiront par tout bien comprendre. Cette compréhension devrait à terme les mener à la création d’un vaisseau capable de transporter des humains sur de larges distances en très peu de temps : il ne faudrait que quelques semaines pour atteindre Mars et seulement 30 ans pour rejoindre Proxima du Centaure.

Enfin, tout cela est à relativiser : il reste encore à reproduire les résultats à plus grande échelle, et ça n’est évidemment pas gagné d’avance. Mais c’est chouette quand même.

Via

Mots-clés NASA