Valve a banni un éditeur qui a poursuivi plusieurs joueurs à cause de leurs critiques sur Steam

Digital Homicide a clairement un problème avec la critique. Le studio a en effet décidé de poursuivre une centaine de personnes à cause de leurs critiques, jugées comme étant un peu trop négatives. Il ne fait d’ailleurs pas dans la demi-mesure et il leur réclame ainsi pas moins de 18 millions de dollars. Valve n’a visiblement pas apprécié la plaisanterie. L’entreprise a en effet supprimé tous les titres du studio de sa boutique.

Ce n’est pas la première fois que ce studio fait parler de lui. Il a effectivement été très critiqué en début d’année lorsqu’il a intenté un procès à Jim Sterling à cause de plusieurs vidéos.

Digital Homicide

Digital Homicide a décidé de poursuivre plusieurs joueurs à cause de leurs critiques négatives.

Des vidéos dans lesquelles il se moquait de certains de ses titres.

Digital Homicide a porté plainte contre un YouTubeur au début de l’année

L’affaire avait fait beaucoup de bruit à l’époque et cela peut aisément se comprendre puisque Digital Homicide lui réclamait pas moins de 10 millions de dollars. Il faut d’ailleurs noter que l’affaire est toujours en cours.

Le studio n’a visiblement pas l’intention d’en rester là. Selon des documents légaux dénichés par Sid Alpha, il aurait lancé une nouvelle offensive à l’encontre cette fois de cent utilisateurs de Steam, la célèbre boutique de Valve.

Il aurait en effet décidé de les poursuivre à cause de plusieurs critiques jugées comme étant un peu trop négatives et il leur réclamerait pas moins de 18 millions de dollars.

Ce n’est pas tout, car selon ces mêmes documents, Digital Homicide aurait obtenu un mandat pour obtenir l’identité et les données personnelles de tous ces utilisateurs.

Valve n’a publié aucun communiqué, mais l’entreprise a supprimé en fin de semaine dernière tous les titres du studio de sa boutique, de même pour leurs pages, leurs statistiques et… les critiques laissées par les joueurs.

Une plainte qui viserait une centaine d’internautes

C’est notamment le cas de The Slaughtering Grounds et donc du premier titre mis en vente par le studio sur la boutique. S’il est toujours référencé par Google, le lien renvoie désormais vers la page d’accueil de Steam. Étrangement, le forum est toujours accessible, lui, et les internautes ne se privent d’ailleurs pas pour donner leur point de vue sur cette affaire.

L’homme qui se cache derrière Digital Homicide a pris la plume durant le week-end pour s’exprimer officiellement sur cette affaire. Il indique notamment avoir fait l’objet d’une vaste campagne de dénigrement durant ces dernières années et il évoque même plusieurs cas de harcèlement.

Certains internautes l’ont en effet copieusement insulté, lui et sa famille. Il prétend aussi avoir signalé à plusieurs reprises les commentaires les plus insultants à Steam, sans que la plateforme ne fasse rien pour les faire disparaître.

Faute de mieux, il a donc décidé de porter plainte contre ces internautes.

Reste que cette affaire risque de créer un sérieux précédent. Si Digital Homicide obtient gain de cause, alors d’autres éditeurs pourraient être tentés de porter eux aussi plainte contre les personnes les plus critiques à l’égard de leurs produits ou de leurs services. Pour citer un de mes anciens stagiaires, c’est quand même “la porte ouverte à toutes les fenêtres” cette histoire.

Mots-clés steamvalve