Covid-19 : ce que l’on sait du nouveau variant découvert au Japon

Depuis un peu plus d’un an, il ne se passe une journée sans que l’on n’entende parler de la Covid-19. Cela peut se comprendre étant donné qu’avec cette maladie, on n’est jamais à l’abri d’un nouveau rebondissement. Dernièrement, les nouvelles concernant le déploiement des vaccins ont monopolisé les médias.

On a également assisté à une hausse des cas de Covid-19 un peu partout dans le monde. D’autre part, les autorités sanitaires ont tiré la sonnette d’alarme suite à la découverte de nouveaux variants du Coronavirus. Le premier a été détecté au Royaume-Uni. Le deuxième, quant à lui, nous vient d’Afrique du Sud.

Photo de Fernando Zhiminaicela – Pixabay.com

Alors qu’on croyait être au bout de nos surprises, on a appris récemment qu’un troisième variant avait été découvert au Japon. On vous livre aujourd’hui tout ce qu’il y a à savoir sur cette nouvelle souche.

Quatre personnes infectées par le nouveau variant

La découverte de cette nouvelle variante du Coronavirus a été officialisée par le Ministère japonais de la Santé. Elle aurait été détectée le 2 janvier 2021 chez quatre personnes qui sont revenues d’un voyage de l’Etat de l’Amazonas, au Brésil. Ces derniers ont été testés positifs au nouveau variant alors qu’ils étaient en quarantaine à l’aéroport de Haneda, à Tokyo.

Bien qu’inquiétante, la détection de cette nouvelle souche n’a rien d’étonnant, selon le directeur général de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus.

Selon lui, « plus la Covid-19 se répand, plus il y a de chance qu’elle évolue encore. À noter que la transmissibilité de certains variants du virus semble augmenter. »

Des malades présentant des symptômes

Parmi les quatre personnes qui ont été testées positives à ce nouveau variant, on retrouve un homme âgé d’une quarantaine d’années. D’après les médias, il a dû être hospitalisé à cause de difficultés respiratoires.

Une femme dans la trentaine fait également partie de ceux qui ont contracté cette nouvelle souche. Pour sa part, elle a dit avoir eu des maux de tête et des maux de gorge.

En dehors de ces deux adultes, il y avait également un adolescent qui a souffert d’une fièvre et une adolescente qui, par chance, n’a eu aucun symptôme. Les sources pensent que ces gens pourraient faire partie de la même famille. Néanmoins, cela n’a pas encore été confirmé.

Un variant comportant 12 mutations

Pour l’instant, les chercheurs n’en savent encore que très peu sur ce nouveau variant. Ils savent en revanche qu’il appartient à la souche B.1.1.248 et qu’il comporte 12 mutations. Les scientifiques ont indiqué que l’une de ces mutations est identique à celle retrouvée dans les variantes trouvées au Royaume-Uni et en Afrique du Sud.

À l’heure actuelle, on sait que les variants originaires du Royaume-Uni et d’Afrique du Sud sont plus contagieux que le virus original. Toutefois, il est encore trop tôt pour se prononcer sur le cas de la variante venant du Japon.

« Pour le moment, il n’y a aucune preuve montrant que le nouveau variant découvert chez ces passagers en provenance du Brésil soit plus contagieux », a souligné Takaji Wakita, directeur de l’Institut national des maladies infectieuses japonais.

Même si les propos de Takaji Wakita se veulent rassurants, tout le monde n’est pas du même avis. Le ministère de la Santé brésilien a déclaré qu’il y a des chances pour que « cela implique une infectiosité potentielle plus élevée du virus. »

Les recherches se poursuivent

Bien entendu, les chercheurs se penchent sérieusement sur le cas de ce nouveau variant pour essayer d’évaluer sa contagiosité. Il faudra certainement attendre un peu plus de temps avant de connaître les résultats de ces analyses.

D’après un responsable au sein du Ministère de la Santé japonais, « cela pourrait prendre entre plusieurs semaines et plusieurs mois donc il est difficile à l’heure actuelle de dire quand nous pourrons donner des détails. »

Le nouveau variant résistera-t-il au vaccin ?

Pour répondre à cette question, il faudra attendre les résultats des analyses effectués par les chercheurs japonais. On sait déjà qu’il y a de fortes chances pour que le vaccin de Pfizer soit efficace contre les variants découverts au Royaume-Uni et en Afrique du Sud.

Pour arriver à cette conclusion, les chercheurs du laboratoire Pfizer et de l’Université du Texas ont utilisé des échantillons de sang prélevés sur 20 personnes qui ont reçu une injection du vaccin Pfizer. Ils ont révélé qu’il « n’y avait pas de réduction dans l’activité de neutralisation contre le virus qui transporte la nouvelle mutation. »

Au Brésil, les autorités sanitaires tentent actuellement de retracer les cas contacts avec le nouveau variant.