Covid-19 : un variant plus résistant aux vaccins en Afrique du Sud ?

La Covid-19 est toujours là, plus forte que jamais. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : le monde a enregistré plus de 478 000 nouveaux cas… durant la seule journée du 1er janvier. Pour un total approchant des 87 millions de cas à travers le globe, dont 1,8 million de décès.

Une lueur d’espoir s’est cependant dessinée à l’horizon ces dernières semaines, avec l’homologation de plusieurs vaccins et le lancement de vastes campagnes de vaccination à travers le monde.

Crédits Pixabay

Mais la menace reste réelle, ne serait-ce qu’en raison des nombreuses mutations que connaît le virus.

La Covid-19, un virus qui mute beaucoup

Comme tous les organismes vivants, les virus sont en effet capables de s’adapter et d’évoluer. Le SARS-CoV-2 ne fait évidemment pas exception à la règle et nous avons ainsi enregistré des milliers de mutations depuis son apparition en Chine en fin d’année 2019.

Toutefois, en plus de ces mutations, ce sont aussi plusieurs variants du virus qui ont été repérés ces dernières semaines. Un en Afrique du Sud, un autre au Royaume-Uni. Des variants plus contagieux et qui semblent bien partis pour se répandre à travers le globe. Ces derniers sont en effet associés à une charge virale plus élevée. Ils sont donc capables de concentrer plus de particules virales dans le corps des personnes infectées, ce qui conduit à un risque de transmission accru.

Et justement, lors d’une entrevue organisée par Reuters, plusieurs chercheurs britanniques se sont dits très inquiets. En cause, des mutations incluant la protéine de pointe, des mutations qui pourraient réduire drastiquement les effets des vaccins développés par les laboratoires.

De nouveaux variants à la charge virale plus élevée

D’après Simon Clarke, un professeur agrégé en microbiologie cellulaire à l’Université de Reading, les deux variants sont assez proches, mais celui trouvé en Afrique du Sud comporte davantage de mutations. Des mutations qualifiées de “préoccupantes”.

En effet, selon ses analyses, ce variant comporte de nombreuses modifications d’une partie clé du virus, à savoir la protéine de pointe.

Cette fameuse protéine, comme vous le savez peut-être, joue un rôle capital dans la transmission de la Covid-19. C’est en effet elle qui permet au virus d’infecter les cellules humaines.

Or justement, les vaccins élaborés par les laboratoires agissent sur cette protéine afin de limiter le risque d’infection. Avec succès si l’on en croit les résultats des tests menés ces dernières semaines.

Une résistance accrue aux vaccins ?

Et tout le problème est là. En modifiant sa protéine de pointe, le virus pourrait être à terme capable d’échapper aux vaccins et à la protection immunitaire qu’ils confèrent. Des inquiétudes que partage Lawrence Young, un virologue travaillant pour l’Université de Warwick.

De leur côté, les laboratoires ont bien entendu conscience des risques et ils sont actuellement en train de tester leurs vaccins contre ces nouvelles variantes – ils pensent d’ailleurs pouvoir apporter les modifications nécessaires sous six semaines.

La Public Health England, de son côté, a fait savoir qu’il n’y avait, à l’heure actuelle, aucune preuve suggérant que les nouveaux variants du SARS-CoV-2 peuvent résister aux vaccins développés.

Mots-clés Covid-19