Venez écouter le chant de Vénus

La NASA a converti en son des signaux radio provenant de Vénus. Il en résulte un chant ambiant futuriste évoquant quelque peu le son des baleines.

L’agence spatiale américaine a lancé en août 2018 la sonde solaire Parker. Sa mission est de collecter de nouvelles données sur la couronne solaire. Il s’agit de la couche externe de l’atmosphère du soleil. Le lancement de la mission n’avait ainsi aucun rapport avec Vénus. La sonde spatiale s’est rapprochée de la deuxième planète du système solaire en juillet 2020. L’engin était assez proche pour capter les signaux radio naturels émanant de l’ionosphère vénusienne. À noter que cette région de l’atmosphère est directement exposée aux radiations solaires.

Photo de Bruno Albino – Pixabay.com

Les chercheurs ont alors converti les fréquences pour qu’elles puissent être entendues par l’oreille humaine. L’enregistrement donne un bruit aussi intrigant qu’effrayant.

Mieux comprendre Vénus

La NASA a partagé le chant de Vénus sur sa chaîne YouTube. La vidéo comporte la description suivante : « la sonification des données dans la vidéo traduit en son les données de l’instrument FIELDS de la sonde Parker Solar Probe. FIELDS a détecté une émission radio naturelle de basse fréquence lors de sa traversée de l’atmosphère de Vénus, ce qui a aidé les scientifiques à calculer l’épaisseur de la haute atmosphère de la planète, chargée électriquement, appelée ionosphère. Comprendre comment l’ionosphère de Vénus change aidera les chercheurs à déterminer comment Vénus, autrefois si semblable à la Terre, est devenue le monde d’air brûlant et toxique qu’elle est aujourd’hui. »

Les chercheurs utiliseront donc les signaux pour comprendre comment Vénus est devenue un enfer. La planète est effectivement connue pour ses températures extrêmement torrides.

Par ailleurs, Parker a collecté de précieuses données sur l’ionosphère vénusienne et les effets de l’activité solaire. Cette dernière semble perdre en intensité.

Comparées avec les données de Pioneer Venus Orbiter            

Les chercheurs de la NASA ont pu comparer les nouvelles données collectées à celles des précédentes missions vénusiennes. L’agence spatiale américaine avait lancé en 1978 le programme Pioneer Venus Orbiter pour cartographier l’atmosphère de la planète. Une mise à jour était indispensable, car les données obtenues par la mission ont près d’une trentaine d’années.

Pour l’heure, aucune nouvelle mission à destination de Vénus n’est en préparation.

Mots-clés vénus