Verizon ne serait plus d’accord pour racheter Yahoo 4,8 milliards

Le sort s’acharne sur Yahoo. Après avoir subi les foudres de la presse et du public en raison de l’affaire des 500 millions de comptes piratés, et de la surveillance présumée des courriels de ses utilisateurs pour le compte de la NSA, voilà que Verizon – son racheteur – demande un rabais sur le prix de vente.

Verizon Communications ne serait visiblement plus d’accord pour racheter la firme de Marisa Mayer pour 4,8 milliards de dollars. La société est déterminée à obtenir une ristourne d’un milliard de dollars sur le prix de vente initial, et compte tenu du contexte dans lequel s’est placé Yahoo, cette demande était plutôt prévisible.

Les choses ne s’arrangent pas pour Yahoo, Verizon demanderait un rabais d’un milliard sur le prix de vente

Les dernières révélations concernant Yahoo et les différents scandales qui touchent la firme, ne pouvaient pas plus mal tomber. Eh oui, difficile de vendre une société quand celle-ci se trouve dans une situation aussi délicate. Ce serait d’ailleurs pour faciliter les choses, que Yahoo aurait délibérément dissimulé (pendant près de deux ans) s’être fait pirater 500 millions de comptes.

Pour Verizon la valeur de Yahoo a baissé

Pour le repreneur de Yahoo, les choses sont claires : la société ne peut plus prétendre à un montant aussi élevé pour son rachat. Les responsables Verizon seraient donc en négociations pour obtenir une ristourne d’un milliard de dollars en guise de compensation des pots cassés qu’ils se devront (en cas de rachat) de réparer.

Il faut dire que vu le bourbier dans lequel Yahoo s’est placé, Verizon aurait tord de ne pas renégocier les termes de l’accord. D’autant que dans le cas présent c’est toute une image de marque qu’il faudra reconstruire.

Le CEO d’AOL particulièrement mécontent

Tim Armstrong CEO d’AOL – appartenant depuis l’an dernier à Verizon – aurait déjà rencontré les dirigeants de Yahoo pour leur faire part de cette nouvelle offre.

L’homme apprécierait très moyennement le comportement de la firme, et notamment son manque d’honnêteté sur la question des comptes piratés. Il serait d’ailleurs prêt – au nom de Verizon – à se retirer de la transaction en cas de refus de la part de Yahoo.

Difficile de savoir si Yahoo acceptera cette nouvelle proposition, mais si Verizon lâche l’affaire, la société gérée par Marisa Mayer risquera fort de s’enfoncer un peu plus dans les abîmes.

Mots-clés yahoo