Verizon a aussi suspendu ses annonces sur Facebook

Jeudi 25 juin 2020, le géant des télécommunications Verizon a annoncé qu’il n’émettrait plus d’annonce sur Facebook en juillet, se joignant ainsi à une campagne pour amener Facebook à prendre plus de mesures draconiennes pour stopper la diffusion des discours de haine sur ses plateformes, rapporte Reuters.

Des groupes de défense américains des droits civiques ont effectivement appelé les entreprises à soutenir la campagne « Stop Hate for Profit », qui proteste contre le laxisme du géant des médias sociaux pour virer de ses plateformes les discours de haine, le harcèlement et la désinformation.

Crédits Pixabay

Jusqu’ici, Verizon est la plus grande entreprise à avoir rejoint le mouvement qui compte déjà des dizaines de sociétés américaines dans ses rangs.

Verizon veut que Facebook présente une solution acceptable

La Ligue anti-diffamation (ADL) avait déclaré jeudi dernier dans une lettre aux annonceurs qu’elle avait trouvé une vidéo contenant une rhétorique antisémite du groupe de complot QAnon à côté d’une publicité Verizon. La ligue soutient ainsi que « les publicités côtoient du contenu source de division, de haine et de complot – ce que la plupart des entreprises ne souhaitent pas ».

L’annonce de Verizon semble avoir été un coup dur pour Facebook dans ses efforts pour contenir la révolte croissante. Un représentant de Verizon avait effectivement annoncé :

Nous suspendons notre publicité jusqu’à ce que Facebook puisse créer une solution acceptable qui nous rend plus à l’aise.

À lire aussi : Facebook a lancé une appli pour prédire l’avenir

Facebook tente de faire bonne figure

Malgré tout, Facebook maintient qu’il collabore déjà avec des organisations de défense des droits civiques. Face à la campagne de boycottage croissante des entreprises américaines, la vice-présidente des affaires mondiales de Facebook, Carolyn Everson, a déclaré :

Nous respectons la décision de toute marque et restons concentrés sur l’important travail de suppression du discours de haine et la fourniture d’informations importantes sur les votes.

Le géant des médias sociaux a également envoyé des messages aux annonceurs qu’il s’efforçait de limiter les dégâts même s’il n’a mentionné aucun changement spécifique dans ses politiques. La marque de crème glacée Ben & Jerry’s et les sociétés d’équipement de plein air Patagonia et The North Face ont récemment déclaré qu’elles suspendraient les publicités Facebook.

Le mercredi 24 juin, un autre client important de Facebook, le géant des biens de consommation Procter & Gamble (P&G), s’est engagé à effectuer un examen des plateformes publicitaires et à cesser de collaborer avec les plateformes affichant des contenus haineux. Facebook serait-il dans sa ligne de mire ?

À lire aussi : Facebook prépare peut-être un concurrent à Street View

Mots-clés facebookverizon