La vie extraterrestre impossible autour de Proxima Centauri ?

Des scientifiques ont relevé d’importantes éjections de masse coronale provenant de Proxima Centauri. Une découverte qui semble contredire l’hypothèse selon laquelle une des planètes autour de cette étoile pourrait abriter la vie.

Situé à environ 4,24 années-lumière de la Terre, Proxima Centauri est le système planétaire le plus proche du système solaire au sein de notre galaxie. Facilement distinguable depuis la Terre, il fait partie de la constellation du Centaure. Proxima Centauri est considérée comme le plus proche voisin du Soleil avec un diamètre de seulement 15 % de celui de notre étoile. Certains scientifiques pensent alors qu’au moins une des planètes orbitant autour de Poxima est favorable à la vie. Une hypothèse que rejette une étude qui vient d’être publiée par des scientifiques de l’Université Macquarie et de l’Université de Sydney.

Image de Felix Mittermeier – Pixabay.com

Les chercheurs Andrew Zic et Tara Murphy affirment effectivement avoir observé des événements météorologiques spatiaux très dangereux autour de Proxima Centauri, en l’occurrence d’importantes éjections de masse coronale.

De fréquentes éjections de masse coronale

Les éjections de masse coronale (EMC) sont en fait des éruptions massives qui s’échappent de l’atmosphère d’une d’une étoile et voyagent dans l’espace à une vitesse phénoménale. Par exemple, la vitesse de la tempête solaire de 1859 qui a frappé la Terre est estimée à plus de 10 millions de kilomètres par heure.  

Malgré sa taille proche de celle du  Soleil, Proxima Centauri est très différente. Il s’agit d’une naine rouge (notre étoile étant une naine jaune), dont la température à la surface s’élève à « seulement » 3000 Kelvin, contre environ 6000 Kelvin pour le Soleil. Cette chaleur dégagée par Proxima Centauri serait juste suffisante pour maintenir l’eau à l’état liquide.

Les recherches de ces dernières années ont permis de détecter la présence d’au moins deux planètes autour de l’étoile : Proxima Cen b, une « super-Terre » rocheuse, et Proxima Cen c, une planète à peine plus petite que Neptune.

Des rafales dangereuses

Pour savoir si ces astres sont favorables à la vie, les chercheurs ont utilisé des télescopes et des radiotélescopes pour mesurer les éjections de masse coronale provenant de Proxima Centauri.

Dans la nuit du 2 mai 2019, ils affirment avoir enregistré une éruption massive avec une production d’énergie totale estimée à 16 septillions de joules, soit l’équivalent de 17 millions d’années de la production électrique actuelle de l’Australie.

Au sein du système solaire, les éruptions de ce genre ne produisent qu’une fois tous les dix ou vingt ans, alors que sur Proxima Centauri, elles se manifestent avec seulement quelques semaines d’intervalle. En raison de cette condition météorologique particulièrement défavorable, les scientifiques estiment que la vie extraterrestre est tout simplement impossible autour de Proxima Centauri.