Quand les vieilles étoiles nous dévoilent les secrets de l’Univers

Récemment, nous vous avons rapporté que les scientifiques ne lésinaient pas sur les efforts pour comprendre un peu plus les origines de notre Univers et son fonctionnement, notamment, en effectuant des simulations de l’Univers de plus en plus proches de la réalité. Mais ce n’est pas la seule méthode employée par les scientifiques pour étudier notre Univers.

Jusqu’à présent, les scientifiques utilisaient deux méthodes courantes pour mesurer la constante de Hubble, qui n’est autre que le taux d’expansion actuel de l’Univers. La première méthode consiste à mesurer la luminosité des supernovae distantes et la seconde méthode consiste à examiner la lumière résiduelle de l’univers primitif ou le fond cosmique micro-ondes.

Crédits Pixabay

Néanmoins, ces deux méthodes n’ont pas donné les mêmes résultats, mettant les scientifiques dans le doute. Mais une troisième méthode a été évoquée qui pourrait, cette fois-ci, faire l’unanimité.

Les vieilles étoiles pourraient nous en dire plus sur la taille de l’Univers

La méthode s’appelle méthode JAGB. Il s’agit d’ « une technique qui repose sur la mesure des distances à un type spécifique d’étoile vieillissante dans d’autres galaxies », nous rapporte Nouvelles du monde. Selon les explications d’Abigail Lee, astrophysicienne et étudiante diplômée de l’Université de Chicago et auteure principale de l’étude, cette nouvelle étude pourrait nous en apprendre plus sur la vitesse d’expansion de l’Univers.

Wendy L.Freedman, professeur d’astronomie et d’astrophysique à l’Université John et Marion Sullivan a également déclaré qu’ « il existe très peu de méthodes de mesure des distances capables de fournir la précision requise. Lee est en train de développer cette nouvelle méthode JAGB qui semble très prometteuse pour résoudre cet écart ».

A lire aussi : Une tonne de promos sur la boutique Samsung, notamment sur les Galaxy S20 FE, Galaxy Note 20 et Galaxy S21

La méthode JAGB a déjà donné des résultats optimistes

Universe Today nous informe que les étoiles J-region Asymptomatic Giant Branch (JAGB) sont un type particulier de géante rouge dont l’atmosphère est composée d’énormément de carbones. Ces étoiles sont généralement très brillances, ce qui permet aux astronautes de facilement les repérer même dans les galaxies très éloignées.

Toutefois, la méthode JAGB est encore à ses prémices et nécessite encore plusieurs validations avant de pouvoir être utilisée pour mesurer la constante de Hubble. Selon Lee, « parce que cette méthode est relativement nouvelle, le but de ce projet était de voir si elle pouvait rivaliser avec d’autres indicateurs de distance en termes de précision et d’exactitude ».

Bonne nouvelle, les chercheurs ont trouvé une grande similitude entre les résultats de la méthode JAGB et les autres méthodes lorsqu’ils ont ciblé la galaxie Wolf-Lundmark-Melotte. En sera-t-il de même pour la constante de Hubble ? L’avenir nous le dira.