Vietnam : des cadavres congelés de tigres ont été retrouvés dans une voiture

C’est une affaire à la fois triste et peu banale qui s’est déroulée à Hanoi, la capitale du Vietnam. La semaine du 22 juillet, les autorités locales ont découvert les corps sans vie et surgelés de plusieurs tigres dans un véhicule suspect garé dans un parking.

La nouvelle a été rapportée par les médias d’État vietnamiens ce vendredi 26 juillet. Le média officiel Cong An Nhan Dan a donné plusieurs précisions sur l’affaire, dévoilant que les cadavres congelés étaient au nombre de sept et que d’après les photos prises sur les lieux, il s’agirait de bébés tigres.

tigre

Crédit photo PIXABAY

Un suspect ainsi que deux complices ont été appréhendés et arrêtés par la police le jeudi 25 juillet.

Un trafic qui dure depuis des années

Le principal suspect dans cette affaire n’est autre que le propriétaire du véhicule où ont été trouvés les corps congelés des bébés tigres, un dénommé Nguyen Huu Hue. Arrêté par la police jeudi, l’homme est suspecté de tremper dans le trafic d’animaux sauvages depuis des années.

Comme le révèle le quotidien Cong An Nhan Dan : « Hue a monté une entreprise […] qui vend des matériaux de construction afin de couvrir le commerce illégal de tigres et autres espèces sauvages. »

Mais ce n’est pas tout, car Nguyen Huu Hue est aussi suspecté d’avoir « stocké » des cadavres de tigres chez des familles pauvres. Les autorités n’ont pas dévoilé si les pauvres bêtes ont été tuées dans leur milieu naturel, ou bien si ce sont des tigres élevés dans des fermes illégales du Laos.

Le trafic d’animaux sauvages au Vietnam

Ce n’est pas la première fois que ce genre d’affaires survient au Vietnam. Il y a deux ans, la police avait découvert cinq tigres stockés dans le congélateur d’un Vietnamien dans la province de Nghe An.

Le trafic d’animaux sauvages est monnaie courante dans le pays qui en est d’ailleurs une plaque tournante. Pour ce qui est du tigre, de nombreuses parties de ce grand félin (la viande et les os surtout) sont très prisées des Asiatiques dans l’élaboration de remèdes, mais également de bijoux.

En plus des tigres, le trafic d’éléphants, de pangolins ou encore de rhinocéros est aussi très courant au Vietnam. Les autorités locales se sont engagées à combattre le phénomène, mais les défenseurs de la nature estiment qu’elles n’y mettent pas assez d’énergie, de sorte que les trafiquants comme Nguyen Huu Hue peuvent continuer à agir en toute impunité.

Mots-clés insolite