Virtual Sexology : la réalité virtuelle au service de notre sexualité

BaDoink en est persuadé, la réalité virtuelle est l’avenir de la pornographie. La firme a beaucoup investi sur ces technologies et elle multiplie ainsi les initiatives depuis quelques mois. Virtual Sexology est la dernière en date et elle s’éloigne assez des autres expériences proposées par la société puisqu’elle touche cette fois à la sexothérapie.

A la base, l’entreprise se positionne sur le marché très lucratif des vidéos pour adultes mais elle a très vite commencé à s’intéresser au segment de la réalité virtuelle.

Virtual Sexology

Virtual Sexology et son hôtesse.

Il faut croire qu’elle a eu raison de le faire puisque XBiz l’a récemment nommé “site de réalité virtuelle de l’année”.

BaDoink et la réalité virtuelle, une belle histoire d’amour

Belle reconnaissance, n’est-ce pas ? Certes et ce n’est pas fini car Pornhub a eu recours à ses services afin d’alimenter sa nouvelle rubrique consacrée à la réalité virtuelle, une rubrique lancée en mars dernier. Là, on peut presque parler de consécration.

Après tout, le site attire chaque semaine des centaines de millions de visiteurs en provenance des quatre coins du globe.

En attendant, BaDoink n’a pas l’intention d’en rester là et l’entreprise a donc présenté le mois dernier une nouvelle expérience : Virtual Sexology.

Une expérience un peu différente des autres. Si elle fait la part belle à la pornographie et à la réalité virtuelle, elle tend davantage vers la sexothérapie. L’idée, ce n’est donc pas uniquement de stimuler l’utilisateur, mais plutôt d’enrichir sa vie sexuelle tout en l’aidant à améliorer ses compétences en la matière.

Comment ? En lui dispensant des conseils et en l’invitant à effectuer des exercice de respiration pour qu’il puisse réduire son anxiété et retarder l’orgasme.

A la base, cette expérience a été élaborée en partenariat avec Kiiro, une entreprise positionnée cette fois sur le marché des sextoys. Elle est compatible avec le produit connecté de la marque, Onyx.

Une expérience différente, élaborée en partenariat avec Kiiro

Dans les faits, l’utilisateur devra commencer par acheter un casque à réalité virtuelle. L’expérience est compatible avec l’Oculus Rift ou même le HTC Vive, mais aussi avec le Gear VR et tous les masques dérivés du CardBoard.

Ensuite, il devra prendre un abonnement sur BaDoinkVR pour accéder à la vidéo et pour pouvoir la télécharger.

Il faudra compter un dollars pour une journée, 24,95 $ pour un mois ou 71,40 $ pour un an. Il faut évidemment signaler que cet abonnement donne un accès à tout le catalogue de l’éditeur, et pas uniquement à cette expérience.

Après, il ne lui restera plus qu’à s’installer bien confortablement et à mettre en place l’Onyx. L’utilisation de cet accessoire n’est pas une obligation mais il améliorera l’expérience utilisateur puisqu’il se synchronisera avec la vidéo pour reproduire tous les gestes de l’hôtesse et donc de la sublime August Ames.

Alors bien sûr, cette expérience reste de la pornographie et elle se destine à un public adulte, mais l’approche est intéressante dans ce sens où elle ne se contente pas de laisser libre court aux fantasmes de l’utilisateur.

Elle a aussi une dimension thérapeutique et elle prouve finalement que la réalité virtuelle pour adultes peut aussi s’inscrire dans une démarche plus pédagogique.

Mots-clés badoinkinsolite