Vite Ma Dose : attention à ce clone douteux !

Guillaume Rozier, le créateur du site Vite Ma Dose, a lancé un appel hier afin d’attirer l’attention des internautes sur un clone de son site. Un clone particulièrement douteux.

Le clone en question est accessible par le biais d’une URL qui semble parfaitement authentique. Les administrateurs du site ont en effet repris le même domaine tout en lui adjoignant l’extension .fr.

Une femme se tenant le visage dans la pénombre
Photo de Juan Pablo Serrano Arenas provenant de Pexels

Toutefois, leur site n’a absolument rien à voir avec le service lancé par Guillaume Rozier, un service accessible depuis le début par le biais du lien vitemadose.covidtracker.fr

Vite Ma Dose victime d’un usurpateur

Le site usurpateur ne reprend d’ailleurs pas la charte graphique du site de Guillaume Rozier. En réalité, il se propose d’informer les internautes avant la vaccination, en leur proposant “un avis éclairé” sur les enjeux et les potentiels dangers de la campagne vaccinale lancée par le gouvernement. Le tout avec une vision prétendument pédagogique.

Reste que les références mises en avant appellent à la prudence.

Le site cite notamment le Dr Christian Vélot, un généticien moléculaire travaillant pour l’université Paris-Saclay et président du conseil scientifique du CRIIGEN.

Né le 14 février 194 à Parennes dans la Sarthe, ce dernier existe bel et bien et il détient même un doctorat en biologie. Le Monde, de son côté, lui avait dédié un article en 2008, un article dans lequel nos confrères expliquaient que le scientifique se trouvait en conflit avec les institutions académiques sur le sujet des organismes génétiquement modifiés.

Des références qui interpellent

C’est cependant surtout au début de l’année que le scientifique s’est retrouvé sous les feux des projecteurs, suite à un article dans lequel le spécialiste affirmait que les vaccins à ARN messager – une technologie sur laquelle sont fondés les vaccins de Pfizerr-BioNTech et Moderna – pouvaient entraîner des mutations génétiques.

A l’époque, il avait même indiqué qu’une campagne de vaccination de masse pouvait potentiellement avoir des retombées “désastreuses” d’un point de vue sanitaire et environnemental.

Comme le révélait à l’époque l’Express, les arguments mis en avant étaient cependant sujets à caution et un infectiologue avait ainsi accusé le chercheur et le CRIIGEN de propager des “fake news” sur les vaccins. Des propos appuyés ensuite par le Pr Alain Fischer.

Le clone de Vite ma Dose, pour sa part, précise bien que les propos du Dr Vélot n’ont pas pour but de s’inscrire “dans un quelconque débat pro ou anti vaccin” et il se réclame avant tout d’apporter “certaines réponses à des questionnements que l’on peut se poser”. Avant de proposer aux internautes le souhaitant de soutenir le CRIIGEN en ligne en y adhérant, en achetant un DVD ou encore en effectuant des dons.

Le CRIIGEN dément tout lien avec le site

Seul problème, le site n’évoque aucunement les études qui ont été menées sur les vaccins ARNm, ni même leur taux de succès. CheckNews, de son côté, a directement contacté le CRIIGEN qui assure n’avoir aucun lien avec l’initiative de ce site, sans pour autant condamner la démarche ni même l’usurpation du site Vite Ma Dose :

On ne maîtrise rien du tout. Depuis le 26 décembre [soit la date de publication de la vidéo, ndlr], on a des demandes de partage de partout. On dit oui tant que la vidéo n’est pas coupée. L’important c’est qu’une information raisonnable et basée sur des éléments scientifiques soit partagée.

CRIIGEN

Interrogé par nos confrères de l’Express sur le fait que le site n’évoque pas les bienfaits des vaccins, le CRIIGEN s’est contenté d’ironiser en indiquant que tous les sites donnent les bénéfices des vaccins et que l’association, de son côté, fait le contraire.

Reste que du côté des internautes, ce clone peut poser problème.

Un danger pour les internautes

Les personnes cherchant à réserver un rendez-vous vaccinal par le biais de Vite Ma Dose ou même de son nouvel outil ChronoDose risquent en effet de tomber par inadvertance sur le site usurpant le service, avec toutes les complications que cela pourrait provoquer. Guillaume Rozier, de son côté, demande donc à ce que les médias ne citent pas directement le nom de domaine du site copieur pour éviter que ce dernier ne soit trop bien positionné par Google.

Précisons pour finir que le nom de domaine du site usurpateur a été déposé le 3 avril, soit deux jours après l’annonce de la création du site Vite Ma Dose. Une information confirmée par l’AFNIC, qui nous apprend également que le contact administratif est en accès restreint et que le site est hébergé chez OVH, derrière un Cloudflare.

Quels que soient les propriétaires de ce site, ils ne semblent donc pas vouloir que leur identité soit connue. Ce qui n’incite pas particulièrement à la confiance.

Pour en revenir à Vite Ma Dose, nous vous rappelons que nous avons publié ici un guide pour vous aider à utiliser le service.