Vladimir Poutine a une dent contre le surf anonyme

Vladimir Poutine va prendre des mesures concernant le surf anonyme sur le net. Dès 2018, Tor, les proxies et VPN seront interdits en Russie. Il ne reste plus que la signature du président pour promulguer les deux lois disposant de cette nouvelle mesure de sécurité. Ayant fait l’objet d’un projet de loi, le Parlement ainsi que le conseil de la fédération russe ont donné leur accord à ces textes législatifs.

Plusieurs centaines de personnes ont exprimé leur désaccord face à cette atteinte à la liberté de surfer en toute confidentialité le weekend dernier. Les sources divergent quant à leur nombre exact, variant d’une centaine à des dizaines de milliers de gens. Néanmoins, cette nouvelle loi va forcer les fournisseurs d’accès à bloquer tout proxy, VPN et Tor.

Poutine

Le véritable but du Président russe étant de stopper net les influences des djihadistes mais aussi le terrorisme numérique.

Poutine veut se débarrasser des proxies et des VPN

Les personnes s’opposant à la promulgation de ce texte croient voir en cette nouvelle législation une prise de contrôle sur le réseau par le gouvernement russe. D’ailleurs, les fournisseurs d’accès locaux doivent emmagasiner un semestre de métadonnées.

Pour les fournisseurs d’accès étrangers, la situation est aussi complexe et il leur est ainsi imposé de conserver leurs données sur le territoire de la Fédération de Russie. Pour les plus récalcitrants, comme Linkedln, la sentence est le blocage.

C’est le contrôleur de l’Internet russe Roskomnadzor qui est en charge de la censure.

Primauté de la préservation de la sécurité étatique

D’ailleurs, Roskomnadzor interdit aussi l’accès à des fichiers montrant de l’extrémisme, de la violence ou encore à caractère sexuel.  La sécurité de l’État est ainsi portée à son summum et les pages dangereuses sont censurées. L’utilisation de Tor ou de VPN constitue dans cette logique une menace directe pour le pays.

Si Vladimir Poutine appose sa signature à cette loi, cette nouvelle loi s’appliquera dès de début de l’année 2018. Jusqu’à présent, on ignore encore par quel moyen cette législation compte s’imposer.

Tout ce que l’on peut affirmer, c’est que cette mesure de sécurité est clivante. Certains pays comme la Chine ou la Turquie ont opté pour la surveillance des fournisseurs ou le blocage de certains VPN.

Crédits Photo

Mots-clés russietorvpn