Voici comment les animaux voient le monde

Après avoir étudié l’acuité visuelle d’un échantillon constitué de six cents espèces animales, des chercheurs de l’université de Duke (États-Unis) ont obtenu des résultats étonnants. En effet, les animaux semblent être dotés de meilleures acuités sensorielles que les humains : vision nocturne, flair, perception de mouvements, etc. Néanmoins, la nouvelle étude a révélé qu’en ce qui concerne la vue, la plupart d’entre eux voient moins clair que les humains.

Les chercheurs ont fait passer aux six cents espèces d’insectes, d’oiseaux, de mammifères, de poissons et d’autres animaux des tests comportementaux. Ils ont également comparé les structures anatomiques de leurs yeux. Ils ont ensuite intégré les données obtenues dans un logiciel qui simule la façon dont les animaux voient une image.

« La plupart des espèces voient le monde avec beaucoup moins de détails que nous », a affirmé Eleanor Caves, l’une des auteurs de l’étude.

Certains aigles affichent un score impressionnant

Les scientifiques ont évalué l’acuité visuelle de chacune des espèces en fonction de leur cycle par degré. Il s’agit du nombre de paires de lignes parallèles noires et blanches que l’animal arrive à distinguer dans un degré de son champ de vision.

Ainsi, l’œil humain, comme celui du primate, est doté d’une acuité visuelle de soixante cycles par degré. Des oiseaux de proie, comme certaines aigles, disposent d’une impressionnante capacité visuelle, allant jusqu’à cent-quarante cycles par degré. Toutefois, celle de la plupart des oiseaux et des poissons ne dépasse pas plus de trente cycles par degré.

Les insectes ne voient presque rien

Si une personne qui ne voit pas plus de dix cycles par degré est considérée comme malvoyante, la majorité des insectes n’en voient pas plus d’un. Leur acuité visuelle serait cent fois moins précise que celle d’un humain.

Les chats et les chiens voient quatre à sept fois plus mal que les humains.

Les chercheurs ont conclu qu’entre l’animal qui est doté de la meilleure acuité visuelle et celui qui dispose de la moins pointue, il y a dix-mille cycles par degré. Ils ont toutefois averti que ces résultats ne tiennent pas compte de l’aptitude du cerveau de l’animal à traiter les informations provenant de la rétine.

Mots-clés animaux