Voici le Brevicaudosaurus jiyangshanensis, un reptile aquatique bizarre qui a autrefois vécu en Chine

Deux fossiles presque complets d’une nouvelle espèce de reptile marin préhistorique viennent d’être retrouvés dans le comté de Fuyuan, dans la province du Yunnan, au sud-ouest de la Chine. Ces créatures, âgées de 240 millions d’années, appartenaient à l’ordre des Sauropterygia, une branche de la superfamille éteinte de reptiles Nothosaures.

Leurs têtes et leurs queues, inhabituellement réduites par rapport à la proportion du reste du corps, ont étonné les paléontologues qui l’ont étudié. Ce qui les a d’ailleurs conduits à baptiser ce nouveau spécimen Brevicaudosaurus jiyangshanensis.

Crédits Pixabay

L’étude de ces fossiles, menée par l’équipe Dr Qing-Hua Shang de l’Institut de paléontologie et de paléoanthropologie des vertébrés de l’Académie chinoise des sciences, a fait récemment l’objet d’une publication dans le Journal of Vertebrate Paleontology.

Un corps dense et trapu assez singulier

Le corps du Brevicaudosaurus jiyangshanensis était large et particulièrement dense. En effet, ses os présentent un épaississement inhabituel que les scientifiques appellent « pachyostose ». Ce phénomène n’est toutefois pas considéré comme une pathologie, mais une caractéristique singulière retrouvée chez certains vertébrés.

Ses 4 membres ressemblaient quant à elles à des nageoires, avec les membres antérieurs plus développés que ceux postérieurs. Autre fait intéressant, les os de ses pattes antérieurs étaient plus courts que ceux d’autres espèces, ce qui pouvait fortement limiter ses déplacements selon les chercheurs.

Ainsi, le B. jiyangshanensis n’aurait sûrement pas pu nager rapidement. Et c’est probablement pour cette raison que l’animal aimait particulièrement les eaux peu profondes, où il pouvait facilement capturer ses proies grâce à ses dents en forme de crocs tout en restant hors de portée de ses prédateurs.

Une courte queue plate faisant office de flotteur

Si les animaux marins sont habituellement dotés d’une longue queue améliorant leur propulsion dans l’eau, ce dinosaure nouvellement découvert n’en possédait qu’une courte, qui plus est plate. Les chercheurs pensent que cette dernière devait lui permettre de garder l’équilibre, et par la même occasion de mieux flotter tout en préservant son énergie.

Bien que l’animal ait eu une masse corporelle assez élevée, sa queue plate et ses os épais lui auraient conféré une plus grande stabilité, de sorte qu’il pouvait flotter tout en restant immobile sous l’eau.

En outre, la présence d’un os en forme de barre dans l’oreille lui conférait également une bonne audition sous l’eau, d’après les paléontologues. En somme, les formes bizarres et peu communes que l’on a observées chez le  Brevicaudosaurus jiyangshanensis lui attribuaient quand même des aptitudes tout aussi étonnantes.

Les deux fossiles de Brevicaudosaurus jiyangshanensis découverts. Crédits Shang et al.