Voici le Dineobellator notohesperus, un cousin du Velociraptor en version emplumée récemment découvert

Une récente publication dans la revue Scientific Reports nous présente le Dineobellator notohesperus, un dinosaure qui vivait dans le sud-ouest du continent américain et qui a foulé le sol de notre planète il y a 67 millions d’années de cela.

Il appartient au groupe de dinosaures appelé les Dromaeosauridae, à l’instar du Velociraptor, et les os fossilisés de ce spécimen de Dineobellator notohesperus ont été découverts par Robert Sullivan et son équipe, dans les roches crétacées du bassin de San Juan, en 2008 au Nouveau-Mexique.

Crédits Pixabay

Ce qui rend le Dineobellator notohesperus particulier, c’est le fait que ce dinosaure avait des plumes alors que c’est un raptor. Autre fait intéressant pour les paléontologues, ce spécimen serait le dernier de la lignée des raptors connus.

Le Dineobellator notohesperus, un rapace de petite taille, mais adapté à la chasse

Comme chaque membre appartenant au groupe dromaeosauridae, le Dineobellator notohesperus était un raptor, un carnassier dont la constitution était assez menue et légère. En effet, cet animal ne faisait environ que 3,5 mètres en station verticale.

Suite aux études portant sur les membres antérieurs de ce dinosaure, dont les zones élargies de ses griffes, les chercheurs avancent que ce dernier était en mesure de plier ses bras et ses mains, afin de pouvoir conserver une prise sur ses proies. Ses mains étaient donc sûrement destinées à retenir les proies de petite taille telles que les oiseaux, pensent les chercheurs.

Quant à sa queue, elle disposait de particularités uniques à son espèce. En effet, contrairement à celle des autres rapaces, la queue de ce spécimen était flexible à sa base, ce qui lui offrait une agilité hors du commun lors des parties de chasse. Selon Steven Jasinski, membre de l’équipe de Robert Sullivan et directeur du travail de description du Dineobellator notohesperus, la queue de ce dinosaure agirait à l’instar de celle d’un chat.

D’autres recherches dans le Nouveau-Mexique afin de trouver des restes d’autres dinosaures

Comme le corps du Dineobellator notohesperus est assez menu de constitution, retrouver les fossiles de cette espèce est vraiment difficile. Jasinski annonce d’ores et déjà que les futures recherches seront assez dures, vu que cette découverte a déjà été le fruit de recherches très minutieuses, aidées par le hasard.

Cependant, Jasinski est optimiste et pense qu’ils auront plus de chance de découvrir plus de fossiles de cette espèce et pourquoi pas d’autres dinosaures, en approfondissant et en multipliant les recherches dans la zone.

Pour information, le nom de cette nouvelle espèce signifie “guerrier navajo du sud-ouest”, en l’honneur des anciens habitants de cette région.

Crédits Sergey Krasovskiy