Voici le Dzharatitanis kingi, un cousin du Diplodocus récemment découvert

C’est une première pour l’Asie. Le fossile d’un Rebbachisaurus, un grand dinosaure de la famille des sauropodes, vient d’être découvert. Des restes de cette énorme créature du Crétacé inférieur ont déjà été récupérés auparavant en Afrique du Nord, en Amérique du Nord et en Europe.

Cette fois, c’est au tour du continent asiatique de révéler ses anciens occupants, à travers ce spécimen baptisé Dzharatitanis kingi, qui y a vécu il y a de cela environ 100 millions d’années.

Photo de Dariusz Sankowski. Crédits Pixabay

Ce sont les chercheurs Alexander Averianov de l’Académie des sciences de Russie et Hans-Dieter Sues du Musée national d’histoire naturelle des États-Unis qui ont fait cette découverte. Les résultats de leurs travaux ont été récemment publiés dans la revue PLOS ONE.

Une nouvelle espèce de Rebbachisaurus, probablement un cousin du Diplodocus

Le fossile a été trouvé dans la Formation de Bissekty, dans une section du désert de Kyzyl Kum, en Ouzbékistan (Asie centrale). Pour information, les paléontologues n’ont mis la main que sur un seul ossement fossilisé, un élément de la queue de l’animal. Mais cette pièce leur a tout de même permis de déterminer approximativement son âge, son aspect et sa taille.

Ainsi, il s’agirait d’un grand dinosaure herbivore à long cou, doté d’une petite tête et d’une longue queue. Probablement un cousin du Diplodocus, ce spécimen fait partie de la famille des dinosaures sauropodes. Selon les estimations, il mesurait dans les 15 à 20 m de hauteur et se nourrissait principalement des feuilles qu’il trouvait sur les hauts arbres.

Quant à son âge, la datation a révélé qu’il aurait environ 90 millions d’années. Ce qui fait du Dzharatitanis kingi  l’un des plus récents Rebbachisaurus jamais découverts.

Le Dzharatitanis kingi, un autre représentant asiatique des dinosaures

Durant le Crétacé, comme vous le savez, les continents ont commencé à se dissocier pour donner la configuration géographique actuelle. Des recherches antérieures ont par ailleurs suggéré que la zone où ce nouveau spécimen a été découvert était probablement un plan côtier situé dans l’une des parties les plus occidentales de l’Asie à cette époque.

La découverte de ce sauropode asiatique prouve donc que les dinosaures ont peuplé presque toutes les parties septentrionales du globe à cette époque. Une information qui nous permet de compléter la cartographie de la répartition de ces anciens animaux sur Terre, surtout pour le cas de cette partie de l’Asie.