Voici le Kamuysaurus japonicus, un nouveau spécimen de dinosaure découvert au Japon

Même si les dinosaures ont vécu il y a déjà plusieurs millions d’années, l’histoire de ces étranges animaux qui ont peuplé la Terre avant de s’éteindre il y a 66 millions d’années continue d’entretenir un attrait soutenu de nos jours.

Au Japon, les scientifiques ont découvert un nouveau spécimen de dinosaure, le Kamuysaurus japonicus (le dieu des dinosaures japonais), la plus grande espèce d’hadrosaures à jamais découverte au pays du Soleil Levant.

Crédits Pixabay

Selon les paléontologues qui ont mis la main dessus, cette nouvelle espèce de reptile identifiée à partir d’un squelette presque complet, fait partie d’un groupe de dinosaures plus communément appelé “dinosaures à bec de canard” ou hadrosaures, et témoigne de la diversification des dinosaures en fonction de leurs habitats.

Un nouveau genre de dinosaure herbivore

Depuis la découverte des premiers fossiles de dinosaures, les paléontologues ont mis à jour toute une flopée d’espèces et de spécimens très diversifiés, que ce soit sur le plan anatomique, morphologique ou encore au niveau de leurs habitudes alimentaires.

La découverte du Kamuysaurus japonicus témoigne de la diversification des dinosaures en fonction de leurs habitats et des endroits où ils ont migré. Le spécimen appartient en effet au clade Edmonotosaurini, même s’il possède des caractéristiques propres qui le distinguent de par la configuration de son squelette.

Suite aux comparaisons et aux analyses phylogénétiques réalisées par le professeur Yoshitsugu Kobayashi de l’Université d’Hokkaido et son équipe, ce nouveau spécimen herbivore est apparenté aux genres Laiyangosaurus découverts en Chine et Kerbesaurus qui a été découvert en Russie.

Un autre dinosaure à bec de canard

La découverte d’une première partie de la queue du Kamuysaurus japonicus a eu lieu en 2013 dans la ville de Mukawa (district d’Hobetsu, Hokkaido) en 2013.

Les fouilles réalisées ultérieurement ont permis de reconstituer le squelette presque complet du fossile qui a été surnommé Mukawaryu  ou le dragon de Mukawa, du nom de la localité.

D’après les chercheurs, de son vivant, ce spécimen était un dinosaure adulte de 8 mètres de long et pesant soit 4 soit 5,3 tonnes (on ne sait pas encore s’il marchait sur les deux pattes postérieures ou était quadrupède).

Le Japon étant une zone littorale, les scientifiques pensent que c’est un facteur prépondérant pour comprendre la diversification des dinosaures à bec de canard en Asie et en Amérique du Nord au cours de leur évolution.

Crédits Kobayashi Y. et al, Scientific Reports

Mots-clés paléontologie