Voici le Kompsornis longicaudus, un oiseau préhistorique doté d’une vraie queue

Le fossile presque complet d’un oiseau préhistorique, un genre de dinosaure à plumes, a récemment été découvert dans la formation de Jiufotang à Lingyuan, dans la province du Liaoning (Chine). Le site, pour information, fait partie du célèbre biote de Jehol, une formation géologique très riche en fossiles en excellent état de conservation, qui se trouve dans la partie nord-est de la Chine.

Il s’agit du Kompsornis longicaudus, une espèce d’oiseau bizarre qui a apparemment vécu au Crétacé inférieur, c’est-à-dire, il y a environ 120 millions d’années. En parlant de bizarrerie, ce spécimen possédait une véritable queue, littéralement osseuse, mais pas un vulgaire croupion agrémenté d’une touffe de plumes.

Du bois pétrifié

Crédits Pixabay

Et à part sa longue queue osseuse, qui est déjà une singularité morphologique chez ce spécimen préhistorique, il présentait également d’autres caractéristiques remarquables, à savoir de longs doigts, et un sternum complètement fusionnés au bassin.

La première preuve physique d’une anatomie de ce genre

L’étude de ce fossile de Kompsornis longicaudus, découvert par le docteur Xuri Wang de l’Institut de géologie de l’Académie chinoise des sciences géologiques et ses collègues, a récemment fait l’objet d’une publication dans le Journal of Asian Earth Sciences.

D’après les paléontologues, le fossile serait celui d’un jeune oiseau d’environ 5 ans. L’analyse effectuée sur les ossements a en effet montré qu’il s’agit d’un individu en phase de maturation somatique, donc il n’a pas encore atteint l’âge adulte.

Outre la longueur de ses membres antérieurs – terminés par des griffes – et sa longue queue osseuse, c’est la conformation du sternum et du bassin, complètement fusionnés qui a intrigué les chercheurs. Ils ont d’ailleurs indiqué qu’ils n’ont jamais observé une conformation similaire auparavant.

Une caractéristique qui n’est pas liée à l’ontogenèse qui leur a suggéré qu’il s’agissait effectivement d’une nouvelle espèce.

À lire aussi : Voici le tout premier elaphrosaure découvert en Australie

Une nouvelle espèce d’oiseau préhistorique, fruit de l’évolution

Le spécimen a ainsi été classé dans le groupe des oiseaux primitifs et dérivés nommé les Jeholornithiformes. Un groupe qui comprend maintenant 6 espèces découvertes, avec le nouveau venu, Kompsornis longicaudus Shenzhouraptor sinensis,  Jixiangornis orientalisJeholornis primaJeholornis palmapenis et Jeholornis curvipes. Des espèces toutes découvertes dans le biote de Jehol, en passant.

« Kompsornis longicaudus enrichit la diversification des Jeholornithiformes et fournit plus d’informations pour comprendre les morphologies de ce groupe et la fusion osseuse dans l’évolution des dinosaures avialan», a déclaré le Dr Wang sur Scientific News.

En effet, depuis l’apparition des caractéristiques morphologiques rapprochant certains dinosaures des oiseaux actuels, jusqu’à l’apparition des vrais oiseaux que l’on connaît, toute une série d’évolutions s’est mise en place. Et une découverte comme celle-ci nous permet d’en savoir plus sur ce qui s’est passé dans le grand laboratoire du vivant.

À lire aussi : Voilà quel était l’endroit le plus dangereux à l’époque des dinosaures

Kompsornis longicaudus

Le Kompsornis longicaudus, un oiseau préhistorique doté d’une vraie queue. Crédits Wang et al.

Reconstitution du Jeholornis, un spécimen appartenant au même groupe que le Kompsornis longicaudus. Crédits Aijuan Shi