Voici le Llukalkan aliocranianus, un prédateur qui n’avait rien à envier au T-Rex 80 millions d’années avant nous

Il y a plusieurs dizaines de millions d’années, les dinosaures régnaient sur la Terre, et parmi les plus grands prédateurs qui vécurent en ces temps reculés, il y avait le tyrannosaure. Selon une nouvelle découverte, un prédateur tout aussi terrifiant vivait dans la région qui est actuellement l’Amérique du Sud il y a 80 millions d’années.

D’après l’article paru dans le Journal of Vertebrate Paleontology, un carnassier bipède baptisé Llukalkan aliocranianus figurait alors au sommet de la chaîne alimentaire.

Photo de Dariusz Sankowski. Crédits Pixabay

Selon les paléontologues, ce prédateur dont le nom signifie « Celui qui fait peur », était moins imposant que le T-Rex. Ceci étant, il n’avait rien à lui envier.

Le Llukalkan aliocranianus porte bien son nom

Le Llukalkan aliocranianus aurait donc vécu sur Terre, plus précisément sur le sol argentin, il y a de cela 80 millions d’années. Les spécialistes ont déclaré que cet animal pouvait faire dans les 5 mètres de long. Certes, il est nettement plus petit que le T-Rex du haut de ses 12 mètres de long, mais il n’en était pas moins effrayant.

Selon les chercheurs, l’un des points forts de ce prédateur réside dans sa dentition. Malgré des mâchoires de taille modeste, ses crocs étaient particulièrement acérés. Ce qui lui permettait de déchiqueter ses victimes avec aisance. De plus, Federico Gianechini et ses collègues, les paléontologues à l’origine de cette découverte, suggèrent que les mâchoires du Llukalkan aliocranianus étaient également très puissantes.

En outre, en se basant sur les propriétés du crâne de ce prédateur, les scientifiques ont également avancé que ce dernier aurait disposé d’un odorat remarquable et d’une ouïe extraordinaire. Tous ces attributs placent le Llukalkan aliocranianus en bonne position pour être un chasseur aussi terrifiant que le tyrannosaure. Et ce, malgré leur différence de taille.

Une découverte importante qui en promet d’autres

D’après Federico Gianechini, cette découverte témoigne de la diversité des Abelisauridae, le groupe qui comprend les dinosaures théropodes.

Qui plus est, la découverte du Llukalkan aliocranianus présage qu’il y a probablement de nombreux autres fossiles d’Abelisauridae en Amérique du Sud, et qui n’attendent que de se faire déterrer.

Enfin, le Llukalkan aliocranianus nous démontre qu’à l’époque des dinosaures, le T-Rex n’était pas le seul prédateur dont les autres reptiles devaient se méfier.