Voici le plus ancien livre illustré au monde… à notre connaissance

Ceux qui s’intéressent un peu à l’Égypte ancienne ont sans doute déjà entendu parler du célèbre Livre des Morts qui accompagnait les Anciens Égyptiens dans leurs tombeaux.

Eh bien, des égyptologues viennent de mettre la main sur un texte similaire qui est plus vieux que le Livre des Morts, et qui pourrait également être le plus ancien livre illustré jamais découvert.

livres

Crédits Pixabay

Une découverte inattendue dans le sarcophage d’une ancienne Égyptienne

Selon le New York Times, des chercheurs ont trouvé des morceaux d’un très ancien livre illustré qui servait de guide aux morts vers Rostau – le monde souterrain dirigé par Osiris, le dieu égyptien de la mort. L’incroyable découverte, publiée dans le Journal of Egyptian Archaeology, a été faite en 2012 par une équipe de chercheurs dirigée par l’archéologue Harco Willems de l’Université de Louvain en Belgique.

L’équipe avait alors rouvert un puits funéraire abandonné depuis longtemps dans la nécropole à flanc de falaise de Deir el-Bersha, un village copte à mi-chemin entre Le Caire et Louxor sur la côte orientale du Nil. Deir el-Bersha abrite de nombreuses tombes richement décorées. En effet, le site était le cimetière principal des gouverneurs (ou nomarques) de la région pendant l’Empire du Milieu égyptien, vers 2055 à 1650 avant notre ère.

A 20 mètres de profondeur à l’intérieur du puits funéraire, les chercheurs ont trouvé les restes d’un sarcophage qui semblait toujours intact, malgré le passage précédemment des pilleurs de tombes et d’autres archéologues sur le site. D’après les restes et la configuration du sarcophage, ils ont déduit que le sarcophage appartenait à une femme de l’élite de l’époque nommée Ankh.

Son cercueil de cèdre semblait fortement détérioré par la prolifération de champignons, mais en l’examinant de plus près, ils ont découvert quelque chose d’inattendu.

Le sarcophage renfermait en effet d’impressionnantes gravures qui citaient explicitement le Livre des deux chemins, un manuscrit de l’ancien Egypte qui comprend des hiéroglyphes et des illustrations décrivant le voyage des morts dans l’au-delà, dans le cas présent celui d’Ankh. Selon Willems, ces « textes de cercueil » étaient censés guider le défunt dans le monde des dieux. « À Deir el-Bersha, on rencontre fréquemment des Livres à Deux chemins », a-t-il déclaré.

Le plus vieux livre illustré au monde

Les chercheurs ont maintenant une nouvelle preuve que les coutumes funéraires élaborées de l’Égypte ancienne incluaient parfois des textes illustrés censés guider les morts dans l’au-delà. Chose particulièrement intéressante, c’est que chaque défunt avait sa propre version du texte qui était personnalisée selon son statut et sa richesse.

D’après les morceaux du Livre des Deux Chemins trouvés dans le sarcophage d’Ankh, le voyage ardu pour atteindre Rostau serait entravé par des obstacles de feu, de démons et d’esprits qu’elle devrait surmonter. Le guide d’Ankh comprenait donc des incantations pour l’aider à repousser les démons qu’elle rencontrera au cours de son voyage.

D’après l’estimation des chercheurs, le manuel original à partir duquel ces textes ont été copiés aurait au moins 4 000 ans. Ce qui en fait probablement le plus ancien livre illustré au monde jamais trouvé.

Willems et son équipe ont également trouvé deux douzaines de textes supplémentaires issus du Livre des Deux Chemins à l’intérieur du puits funéraire. La plupart des gravures sont fortement dégradés, mais les scientifiques pensent que les représentations illustrent probablement le concept de renaissance dans la culture égyptienne, où des rituels spécifiques étaient sensé ramener des dieux ou des humains morts à la vie.