Voici le Spinosaurus aegyptiacus, un ancien prédateur adepte des rivières

Les premiers os fossilisés du Spinosaurus aegyptiacus ont été découverts en 2008 par l’équipe du docteur Nizar Ibrahim, paléontologue à l’Université de Détroit Mercy et également explorateur de National Geographic, et depuis, les fouilles n’ont pas cessé dans la région de Kem Kem, dans le Sahara marocain.

Et heureusement, car en 2019, de nouveaux éléments ont été retrouvés. Éléments qui ont permis de reconstituer un squelette presque complet de ce qui est actuellement considéré comme étant le plus long dinosaure prédateur de l’histoire, avec sa queue exceptionnelle en forme de nageoire.

Crédits Pixabay

En effet, sans l’aide de ces derniers morceaux, de nombreuses questions étaient restées sans réponse quant à la morphologie et au mode de vie de cet animal. Mais en comprenant l’anatomie de sa queue, il est quasiment certain que ce dinosaure habitait les rivières et les fleuves en son temps.

Un dinosaure amphibien très friand de poissons ?

De ce qu’on savait du Spinosaurus aegyptiacus, depuis sa découverte, ses membres postérieurs étaient relativement courts avec des pieds larges. Des os denses et des mâchoires allongées plantées de dents coniques ont permis aux chercheurs de conclure que l’animal devait avoir un mode de vie amphibie, le rendant capable de vivre tout aussi bien dans l’air comme dans l’eau.

D’ailleurs, l’analyse des dents de l’animal a permis d’identifier son régime alimentaire. Et apparemment, ce dinosaure était un fin amateur de poissons.

L’analyse de la conformation de l’animal et de sa dentition a donc permis d’émettre des hypothèses sur son mode de vie. Ceci étant, vu sa taille massive, les scientifiques ne s’entendaient pas sur l’habitat effectif de ce dinosaure.

Le Spinosaurus aegyptiacus serait finalement un monstre fluvial

Mais avec les découvertes de l’année dernière, les chercheurs ont désormais des preuves palpables sur ses aptitudes à nager dans l’eau. En effet, la structure de la queue, presque complète, révèle qu’il s’agirait d’un animal aquatique.

Pour arriver à cette conclusion, des chercheurs d’Harvard ont fabriqué un modèle basé sur l’anatomie de a queue de l’animal, mais flexible, afin de déterminer ses mouvements et ses performances quand il nage. La comparaison des rendus avec ceux d’autres types d’animaux leur ont permis de déterminer que le Spinosaurus aegyptiacus devait être un animal aquatique, dont la puissante queue lui donnait la capacité de se propulser dans l’eau en toute aise.

Si vous voulez en apprendre davantage sur ce dinosaure, les conclusions de ces travaux de recherche ont été récemment publiées dans la revue Nature.