Voici les sujets brûlants que le Congrès devrait aborder avec Google

Le PDG de Google, Sundar Pichai, devrait bientôt comparaître devant les membres du Congrès. Selon les analystes, bien que de nombreux sujets puissent être soulevés au cours de cette rencontre, il y en a certains qui méritent plus d’être abordés que d’autres.

Parmi les sujets les moins intéressants, ou plutôt les moins pertinents figure la question de savoir si Google aurait un parti pris anti-conservateurs ou non.

Bob O’Donnell, un analyste en chef chez Technalysis Research et David Eaves, conférencier spécialiste des politiques publiques à la Harvard Kennedy School of Government estiment en effet qu’il y a des sujets plus intéressants à traiter et que s’étaler sur cette question de parti pris ne serait qu’une perte de temps.

Selon ces experts, le mieux serait d’axer la discussion sur les défis que rencontre Google tels que la protection des données des utilisateurs ou encore son projet de moteur de recherche censuré en Chine.

La collecte des données

Pour David Eaves, le Congrès devrait se concentrer sur la question de savoir si « ces entreprises utilisent les données qu’elles collectent pour s’opposant à leurs concurrents ». Il explique que « nous n’avons jamais vécu dans un monde où autant de données sont collectées ».

À cet effet, il se demande si les profils de publicité que ces entreprises collectent au fil du temps « pourraient constituer une menace pour les normes sociales ou les valeurs que nous considérons comme essentielles à la démocratie occidentale » s’ils tombaient dans de mauvaises mains.

En effet, Google est une énorme firme technologique. Il gère à lui seul des dizaines services et chacun d’entre eux compte plus d’un milliard d’utilisateurs pour ne citer que YouTube, Google Maps, Gmail ou même l’incontournable Google Search. D’ailleurs, au cours de ces derniers mois, le géant de la recherche a essuyé plus d’une critique sur les applications liées aux comptes Gmail, la localisation des utilisateurs et la faille de sécurité découverte en mars 2018 sur Google +.

La question du projet secret Dragonfly

L’analyste Bob O’Donnell est aussi d’avis que « si l’accent est mis principalement sur le parti pris conservateur, cela devient une conversation hautement politique et pas nécessairement productive ».

«Il y a plus gros poissons à fouetter », déclare-t-il. Parmi ces questions épineuses se trouve, par exemple, le projet secret Dragonfly.

Ce projet est un effort de Google de réintégrer le marché des moteurs de recherche chinois. Néanmoins, ce dernier a provoqué non seulement des protestations, mais aussi des démissions de salariés. Dévoilé en août 2018, Pichai a répété à plusieurs reprises que ce n’était qu’un projet d’exploration. Pourtant, des enquêtes ont révélé que la firme envisageait de lancer ce moteur de recherche censuré en 2019.

« Voulez-vous que les entreprises américaines contribuent à la censure dans les pays étrangers ? » demande O’Donnell. « Ce sont des questions philosophiques et politiques massives » sur lesquelles le Congrès devrait se pencher davantage.

Mots-clés google