Voici PROSIT, une application qui s’intéresse à votre santé mentale

Même si de nombreuses applications censées améliorer notre état mental et le bien-être de notre cerveau sont aujourd’hui disponibles (comme Moodfit, Sanvello, ou encore Happify), on leur prête souvent des intentions pas toujours sécuritaires, notamment à travers les informations qu’elles collectent pour leur fonctionnement.

Des scientifiques de l’Université Dalhousie (Canada) viennent toutefois de développer une application baptisée PROSIT (Prédiction des risques et des résultats des interactions sociales), permettant d’évaluer l’état mental de son utilisateur. Et ils n’auront justement pas à s’inquiéter de leur vie privée.

Crédits Pexels

C’est en effet maintenant possible avec cette nouvelle application. Curieusement, PROSIT n’accède pas au contenu des messages et des appels passés. Elle se contente principalement d’utiliser les données telles que la « pression utilisée » pour écrire un message ou la façon dont on s’y prend.

Aucune crainte de violation des données, précisent les concepteurs de cette application

Rita Orji, l’une des scientifiques qui a participé à la conception de PROSIT précise : « Lorsque vous êtes émotifs, lorsque vous êtes en colère, vous allez envoyer un texte émotionnel. Non seulement la vitesse de votre frappe change, mais la force que vous appliquez sur le clavier pour taper change également ».

Ainsi, les données exploitées par cette application seront des « données de haut niveau » telles que « l’heure d’écran, les journaux de messages, les fréquences d’appel ou encore les préférences musicales, etc. ».

Bien évidemment, l’application requiert la collecte de données personnelles de ses utilisateurs. Par contre, le « contenu des communications » n’a aucun rôle à jouer ici, selon ses concepteurs.

La manière de communiquer pour comprendre l’état mental des utilisateurs

Outre ces données, PROSIT nécessite également l’envoi hebdomadaire d’un enregistrement vocal fait par l’utilisateur, décrivant ses ressentis de la semaine écoulée.

Selon Sandra Meier, une psychiatre, PROSIT reste une application « assez incroyable » toujours dans le sens où justement elle n’a pas besoin d’accéder au contenu des communications. Ce qui peut constituer

Grâce à cette application, « nous pouvons savoir si les utilisateurs sont anxieux ou déprimés (…) vous n’avez pas besoin de comprendre le contenu, vous pouvez simplement écouter les gens et vous obtenez leur état émotionnel et mental en s’intéressant à la manière selon laquelle ils communiquent ».