Voici Véra, le robot recruteur des multinationales

Vera est une intelligence artificielle conçue par une entreprise russe ayant pour fonction de trier et de sélectionner des candidatures. Cette IA a déjà conquis de nombreux grands groupes tels que L’Oréal, Pepsi ou encore Ikea.

Vera est un avatar féminin développé par la start-up Stafory, basée en Russie. Les concepteurs d’Eva, Alexandre Uraksin et Vladimir Sveshinkov, ont eu l’idée de créer cette intelligence artificielle pour aider les grandes entreprises à gérer le nombre de candidatures qu’elles reçoivent chaque année, mais aussi à sélectionner le meilleur candidat pour un poste déterminé.

Pour répondre à ces critères, ils ont fait en sorte qu’Eva assimile toutes les informations concernant le domaine du recrutement.

Les domaines de compétence de Vera

Si auparavant, les candidats faisaient tout leur possible pour connaître d’avance leurs recruteurs et préparer avec soin leurs réponses, cette fois-ci, ils auront à faire à une intelligence artificielle incollable sur le jargon du recrutement. Cette intelligence a assimilé pas moins de treize milliards de phrases provenant des émissions de télévision, de sites internet et des annonces d’offres d’emploi.

L’objectif de Vera est très simple : identifier le profil des candidats se rapprochant le plus des critères requis par l’entreprise. L’utilité de cette technologie est que les entreprises n’auront plus à s’occuper ni du tri ni de la sélection des candidatures ni même de contacter les candidats sélectionnés. Tout cela, Vera s’en charge.

Les entreprises gagnent ainsi du temps, de l’efficacité et de l’argent.

Les limites de cette intelligence artificielle

Comme un vrai recruteur, Vera posera des questions sur les diplômes, les expériences et les motivations des candidats. Elle percevra aussi les émotions du candidat, détectant ainsi son niveau de motivation. Avec ces qualités, Vera sélectionnera ainsi dix pour cent des candidatures les plus intéressantes pour l’entreprise, soit la crème de la crème des candidats.

Malgré ces performances, Vera ne pourra pas recruter tous les profils de candidats. Son rôle de recruteur se cantonne à la sélection des profils d’employés. Le recrutement des cadres se fera de manière classique.

De plus, même si Vera trouve le candidat idéal, la décision d’embauche reviendra toujours au dirigeant de l’entreprise.

En seulement cinq mois, Stafory a réussi à séduire trois cents entreprises avec son intelligence artificielle.

Mots-clés robotiquerobots