Voilà à quoi ressemblerait la Terre si les océans s’évaporaient

En  2008, le physicien et animateur de la NASA du nom d’Horace Mitchell avait créé une vidéo simulant l’évaporation des océans. Récemment, la séquence a été reprise et améliorée par le planétologue James O’Donoghue de l’Agence japonaise d’exploration aérospatiale (JAXA), qui travaillait auparavant au sein de l’agence spatiale américaine.

Il a modifié le timing et a ajouté un tracker à l’animation visuelle.

La Terre vu de l'espace.

Crédits Pixabay

Les océans couvrent environ 70 % de la surface de la Terre. Outre le fait de représenter un habitat pour une grande partie de la biodiversité terrestre, ils occupent un rôle prépondérant dans le cycle de l’eau. La vidéo donne un visuel très réaliste de la quantité d’eau qui doit s’écouler pour que la totalité des fonds marins puisse totalement apparaître.

Dans la version au ralenti de la vidéo, les surfaces cachées de la terre émergent lentement tandis que les couches d’eau se dissipent. Les plateaux continentaux, c’est-à-dire les bords sous-marins de chaque continent, sont les premiers à apparaître.

Un aperçu extraordinaire des fonds marins

« J’ai ralenti le départ, car, assez étonnamment, il y a beaucoup de paysages sous-marins qui se révèlent instantanément dans les premières dizaines de mètres », a déclaré O’Donoghue.

L’écoulement de l’eau laisse progressivement apparaître la dorsale médio-océanique, la plus longue chaîne de montagnes de la Terre. 90 % de cette crête, qui s’étend sur 60 000 kilomètres à travers le globe, est située sous l’eau. Cette simulation numérique permet de comprendre une certaine partie de l’histoire de la géologie de la terre.

« J’aime la façon dont cette animation révèle que le fond des océans est tout aussi variable et intéressant dans sa géologie et par rapport aux continents », a déclaré O’Donoghue.

Le retrait des eaux révèle une partie de l’histoire de l’humanité

En outre, le rendu révèle également certains aspects de l’histoire de l’humanité. Parmi les plateaux continentaux qui surgissent des profondeurs océaniques, il y a certains des « ponts » que les humains primitifs ont traversés pour migrer de continent en continent. En effet, d’après O’Donoghue, à la dernière période glaciaire, une grande partie de l’eau des océans était enfermée sous forme de glace aux pôles de la planète.

C’est ce qui expliquerait l’existence des ponts terrestres à cette époque. « Chacun de ces liens permettait aux humains de migrer, et quand la période glaciaire s’est terminée, l’eau les a en quelque sorte enfermés. »

Mots-clés NASAterre