Voilà ce que compte faire SpaceX pour rendre les satellites Starlink moins visibles

Depuis l’annonce faite par Elon Musk en 2015 concernant la future constellation de satellites Starlink, 422 éléments ont déjà été envoyés en orbite par SpaceX. L’objectif de cette mégaconstellation est de fournir une connexion haut débit à la totalité de la planète. Ce projet n’a cependant pas que des avantages puisqu’en plus d’ajouter au problème des débris spatiaux, les astronomes dénoncent aussi l’impact que va avoir le système de satellites sur l’observation du ciel.

Face à ce problème, la compagnie SpaceX a récemment annoncé les mesures qu’elle compte prendre pour minimiser la pollution lumineuse provoquée par ses satellites. L’entreprise a discuté de ses projets pendant l’événement Decadal Survey on Astronomy and Astrophysics 2020 qui s’est tenu le lundi 27 avril dernier.

Un satellite de SpaceX

Crédits Pixabay

Parmi les solutions proposées par SpaceX, il y a les changements de certains paramètres durant le lancement, ainsi que la diminution de la réflectivité des satellites par l’utilisation d’un nouveau système de revêtement.

Le problème causé par Starlink

Avec les premiers éléments de Starlink déjà en orbite, plusieurs associations internationales ont tiré la sonnette d’alarme. Des déclarations officielles ont ainsi été publiées par le Royal Astronomical Society (RAS), le National Radio Astronomy Observatory (NRAO), l’American Astronomical Society (AAS), ou encore l’International Astronomical Union (IAU) concernant le problème.

Ces associations internationales ont mis l’accent sur les interférences optiques et radios que les constellations de satellites incluant Starlink pourraient provoquer au niveau des observatoires les plus importants dans le monde. Elles ont cité entre autres le Vera C. Rubin Observatory, le Square Kilometer Array (SKA), ainsi que l’Event Horizon Telescope (EHT). Ce dernier est celui qui a réussi à capturer la toute première image d’un trou noir.

Les solutions proposées par SpaceX

Les satellites de SpaceX présentent deux configurations. La première est appelée « aileron de requin », et elle est utilisée lorsque le satellite est en station. Durant cette phase, la lumière est réfléchie uniquement par les antennes. La seconde configuration est appelée « livre ouvert », utilisée lors des changements d’orbite. Cette fois-ci, la lumière est à la fois réfléchie par les antennes et le panneau solaire.

Pour diminuer les effets de la réflexion de la lumière, SpaceX a proposé quelques solutions dont l’une est actuellement en phase de test. Il s’agit d’un satellite expérimental dénommé « DarkSat » qui réfléchit moins la lumière que ses prédécesseurs.  Selon les informations, le panneau solaire et les antennes de ce modèle lui permettent une réduction de 55 % de la luminosité.

Le DarkSat nécessite toutefois l’installation d’un « viseur solaire » car les satellites de couleur sombre absorbent plus les radiations, ce qui provoque une augmentation rapide de la température. Les antennes paraboliques seront aussi recouvertes pour diminuer la quantité de lumière reflétée. Selon les informations, le premier prototype de « VisorSat » sera lancé d’ici le mois de juin, et tous les futurs satellites seront aussi munis d’un viseur.

Une nouvelle manœuvre de lancement est également testée par SpaceX toujours dans le but de minimiser la réflexion de la lumière par les satellites. Cette manœuvre permettra de diminuer la surface qui recevra la lumière venant du Soleil.

On peut dire que SpaceX ne néglige pas le fait que ses satellites causent une pollution lumineuse. A part les solutions qui seront appliquées au niveau des satellites eux-mêmes, la compagnie propose également aux astronomes de consulter certains sites qui donnent des informations sur la trajectoire de ses engins spatiaux. En tout cas, l’avenir nous dira si toutes les solutions proposées pourront régler le problème.

Mots-clés spacexstarlink