Voilà ce qui se passe quand un lycée allemand laisse ses élèves commencer une heure plus tard

D’après des études, la société d’aujourd’hui serait en pleine crise de privation de sommeil. Les adolescents en seraient les plus touchés. Afin de pallier ce problème, le lycée d’Alsdorf (Gymnasium Alsdorf), situé dans l’ouest de l’Allemagne, a adopté un nouveau système éducatif appelé « Plan Dalton ».

Il s’agit d’une structure plus flexible qui considère la particularité de chaque cas et qui permet aux élèves d’apprendre suivant leur propre rythme.

Un réveil matin

Crédits Pixabay

Cette pédagogie innovante a permis à l’établissement de décrocher un prix en 2013. Concrètement, l’école allemande a offert à chaque élève la possibilité de choisir son heure d’entrée, au lieu d’opter pour des changements d’heure statiques de début de cours.

Les retards accumulés peuvent ensuite être rattrapés à travers des périodes d’autoformation qui ont lieu plus tard dans la semaine.

Les chercheurs en chronobiologie de l’Université Ludwig Maximilian de Munich ont étudié les impacts de ce système sur les adolescents, dont la plupart souffrent de manque de sommeil. Les résultats semblent plutôt positifs.

L’avantage global est universel

Ainsi, les élèves pouvaient choisir de rentrer une heure après l’heure d’entrée normale, c’est-à-dire à huit heures. Les scientifiques ont essayé de savoir si le système a été bénéfique pour les élèves. Le sondage a montré que la méthode a fait gagner, à certains d’entre eux, un temps de sommeil supplémentaire.

Ils ont déduit que la rentrée tardive permettait aux élèves de passer d’une moyenne de 6,9 heures à 8 heures de sommeil.

« Dans notre étude, pratiquement tous les étudiants participants (97 %) ont bénéficié d’un report de l’heure de début, en dormant plus longtemps les jours d’école avec un début de cours à ≥ 9h du matin, en moyenne, les étudiants ont gagné une heure de sommeil ces jours-là », ont écrit les auteurs de l’étude, dont les résultats ont été initialement présentés dans Sleep.

Ils ont noté que l’avantage global est universel. De plus, l’ampleur du gain serait similaire pour les critères importants comme le chronotype, le sexe, le niveau scolaire et la fréquence des départs tardifs.

Une réduction de l’accumulation du déficit de sommeil pendant la semaine

Les élèves ont témoigné que cette méthode plus flexible leur a permis de se sentir moins fatigués et de mieux se concentrer en classe. De plus, ils ont déclaré être mieux en mesure d’étudier à la maison, après l’école.

« Les jours où l’on commence plus tard, les élèves ont la possibilité de dormir plus longtemps. Cela devrait réduire l’accumulation du déficit de sommeil pendant la semaine », ont conclu les auteurs de l’étude.

« De plus, ce qui est particulièrement important pour les applications pratiques, c’est que les étudiants préfèrent le système flexible et leurs paramètres subjectifs sont améliorés. »

En outre, les chercheurs ont été surpris par le fait que les élèves ne semblent pas avoir tellement profité de ce système. Ils n’ont choisi la rentrée tardive que 39 % du temps. Par ailleurs, contrairement à ce qu’avaient anticipé les chercheurs, la possibilité de rentrer plus tard n’aurait pas encouragé les élèves à dormir plus tard.

Les scientifiques reconnaissent, toutefois, que ces résultats présentent des limites, notamment du fait qu’ils sont autodéclarés.