Voilà comment l’Associated Press a utilisé la blockchain dans le cadre des élections présidentielles américaines

Associated Press couvre les élections présidentielles aux Etats-Unis depuis 1848. En 2020, l’agence de presse américaine a fait les choses différemment en publiant les résultats des élections sur les blockchains Ethereum et EOS. Comme le souligne le magazine Forbes, il s’agit d’une première dans l’histoire des élections présidentielles américaines.

L’agence de presse a choisi d’utiliser la blockchain pour sécuriser les résultats et pour certifier leur authenticité. L’avantage de cette technologie réside dans le fait qu’elle rend les données infalsifiables. Associated Press ne s’est donc pas contenté de publier les résultats des élections. Elle a également donné la possibilité aux gens de vérifier la crédibilité de ces informations en utilisant les données blockchain.

Crédits Unsplash

Dans un article publié récemment, Forbes a tenté de décrypter comment l’agence de presse se servait de cette technologie dans le cadre des élections présidentielles.

Une technologie efficace pour certifier les données

Durant ces élections, Associated Press a intégré les blockchains dans son API (application programming interface). Grâce à cela, n’importe qui pouvait accéder aux données de l’agence de presse, que ce soit des clients payants ou des personnes lambda. Dans un premier temps, les développeurs de logiciel travaillant pour des sites d’information ont pu créer leur propre application mobile. Ils pouvaient se servir de leur plateforme pour afficher les résultats ou pour héberger les données provenant d’Associated Press.

Pendant les élections, ces applications ont consulté l’API de l’agence de presse pour obtenir des informations concernant les résultats des votes au niveau de chaque état et de la nation. Cela incluait notamment les décomptes des voix et des délégués. Toutes ces données ont bien sûr été certifiées grâce à l’utilisation de la blockchain.

Associated Press collabore avec Everipedia

Associated Press a ensuite envoyé les données des votes à Everipedia. Il s’agit d’une plateforme similaire à Wikipédia qui est basée sur la blockchain et qui utilise un logiciel baptisé « oracle » pour certifier et sécuriser les données provenant de l’extérieur.

La prochaine étape consiste à vérifier l’authenticité de ces données. Une fois que cette étape a été complétée, les informations ont été publiées sur les blockchains Ethereum et EOS. Par le passé, la blockchain a été utilisée pour tracer les votes durant les petites élections.

Associated Press est entrée dans l’histoire en étant la première entité à utiliser cette technologie à une échelle aussi large.