Voilà comment fonctionnerait le voyage dans le temps

Qui ne rêverait pas de retourner dans le passé pour corriger des erreurs ou se projeter dans l’avenir pour connaître ce qui adviendra ? Le voyage dans le temps constitue sans doute le fantasme de science-fiction par excellence. Si, pour l’instant, ce type de traversée demeure  un rêve, il pourrait devenir une réalité. En effet, le modèle actuellement établi par la communauté physique ne réfute pas la possibilité d’une telle expédition.

D’après la théorie de la relativité d’Einstein, chaque individu vit dans un continuum quadridimensionnel. Dans cette dimension, les deux axes de l’espace-temps peuvent s’interchanger. Selon l’éminent physicien, la vitesse de déplacement dans le temps diminue à mesure que celle dans l’espace augmente. Le sujet concerné vieillira alors plus lentement.

Une horloge ancienne
Image par Monoar Rahman Rony de Pixabay 

La logique d’Einstein repose sur le fait que rien ne peut se mouvoir plus vite que la lumière (300 000 kilomètres par seconde).

En utilisant la vitesse ou les champs gravitationnels ?

Concrètement, si un engin allait à 99 % de la vitesse de la lumière, douze mois sur Terre ne représenteraient pour les passagers que sept semaines. Ce phénomène hypothétique est appelé « dilatation du temps ».

Une vitesse de déplacement phénoménale n’est pas la seule manière de créer une dilatation du temps. D’après Einstein, les champs gravitationnels, comme celui de la Terre, ont également le pouvoir d’en produire.

Naturellement, le phénomène est imperceptible par le simple Terrien. Néanmoins, les satellites, qui y sont sujets, illustrent bien la théorie. L’attraction terrestre faiblit largement à plus de 20 000 kilomètres de la surface. Ainsi, l’instant passe relativement plus vite pour les satellites en orbite (45 microsecondes par jour).

A lire aussi : Un physicien a peut-être réussi à rendre le voyage dans le temps possible sans paradoxe

Comment créer un trou de vers comme dans les fictions ?

Pour créer un vrai vortex de voyage temporel comme dans les films de SF, il suffirait d’utiliser de puissants champs gravitationnels. L’exemple le plus proche n’est autre que le trou noir. Sa force gravitationnelle est telle que le continuum spatio-temporel se replie sur lui-même. L’intensité de la déformation donne ce que les physiciens appellent un « trou de ver » ou un « pont d’Einstein-Rosen ».

Toujours selon la théorie de la relativité, un pont d’Einstein-Rosen est une voie plus courte menant d’un point de l’espace à un autre. En d’autres termes, un objet qui passe dans un trou noir ressort par un autre.

Outre l’espace, le temps entre aussi dans les paramètres. Lors de sa sortie du deuxième trou de ver, le sujet est susceptible de retourner dans le passé plutôt que dans le futur. Sur le papier, l’expérience est indéniablement tentante. Cependant, utiliser un trou noir pour une traversée dans le temps n’est pas envisageable dans la réalité. La gravité d’un tel phénomène déchiquettera tout être vivant ou qui pénétrera. Néanmoins, des chercheurs travaillent déjà sur des technologies qui pourraient permettre de voyager réellement dans le temps. Le temps nous en dira plus puisque celles-ci sont encore au stade embryonnaire.

Mots-clés physique