Voilà de combien d’énergie vous avez besoin pour une vie décente

C’est un fait, l’humanité tout entière est menacée par les effets croissants du changement climatique. Il est évident que chaque nation du monde devrait faire des efforts pour réduire leurs émissions de carbone et, donc, sa production d’énergie. Toutefois, une question se pose : jusqu’à quel point un pays peut-il diminuer sa consommation d’énergie tout en permettant à sa population d’accéder aux ressources nécessaires pour vivre une vie décente ?

Cette question concerne plus particulièrement les pays les plus pauvres du monde. Des chercheurs de l’Institut international pour l’analyse des systèmes appliqués en Autriche ont essayé d’y répondre.

Une ampoule

Crédits Pixabay

La conclusion de leur étude est plutôt réconfortante. Ils ont constaté qu’il faut relativement peu d’énergie pour fournir les éléments de base d’une bonne santé et d’une bonne nutrition, ainsi qu’une bonne éducation.

Les résultats de l’étude ont été présentés dans Nature Energy.

Une marge de manœuvre pour les pays en développement

Les chercheurs ont collecté des données sur l’énergie qui conditionnent les besoins les plus fondamentaux. Comme échantillons, ils ont choisi trois pays en développement, dont le Brésil, l’Afrique du Sud et l’Inde. Ces trois pays sont représentatifs de divers climats et de cultures. Chacun d’eux a ses propres défis en matière d’assainissement, de refroidissement et d’accès aux transports.

Les calculs ont montré que, comme les pays occidentaux, ces trois pays pourraient largement contribuer à la lutte mondiale contre les effets du changement climatique. Pour ce faire, ils auraient à améliorer les transports publics ou à utiliser les ressources locales pour la construction des infrastructures.

L’Inde, par exemple, avait consommé environ 17,5 gigajoules par habitant durant l’année 2015. Or, selon les estimations des chercheurs, le pays n’avait besoin que d’environ 7 gigajoules par personne pour répondre aux besoins de base. Pour accéder à une vie décente, chaque Indien devait avoir accès à environ 12 à 15 gigajoules.

Prêter attention à la répartition de la croissance

Ainsi, il n’est finalement pas nécessaire de vivre dans la pauvreté pour adopter un mode de vie écologique. Au contraire, l’humanité produit déjà plus qu’il n’en faut pour que tous les humains vivent décemment.

« C’était aussi une agréable surprise que les besoins humains les plus essentiels liés à la santé, la nutrition et l’éducation soient bon marché en termes d’énergie », a déclaré Narasimha Rao, un analyste qui a participé à l’étude.

« Notre étude suggère que nous devons mesurer les progrès de la société en fonction de ces multiples dimensions, et pas seulement du revenu, et nous devrions également prêter attention à la répartition de la croissance dans les pays en développement », a-t-il souligné.

Mots-clés énergie