Voilà pourquoi de nombreuses langues partagent la même grammaire

Dans le monde, il existe environ 7 000 langues humaines différentes. Chacune d’entre elles est unique et caractéristique des populations qui les utilisent. Ces langues présentent cependant une étroite similitude en ce qui concerne la grammaire, notamment dans la formulation et l’utilisation des phrases.

Une nouvelle étude, publiée dans la revue Frontiers in Communication, a essayé de fournir des explications sur le fait que les langues humaines partagent pour la plupart la même grammaire. Auparavant, les chercheurs avaient attribué cette ressemblance à des tendances génétiques ou aux capacités cognitives que tous les humains possèdent, par exemple le passage du temps qui permet de développer les temps passé et futur.

Une femme en train de lire un livre
Crédits Pixabay

Dans la nouvelle étude, les chercheurs suggèrent une raison toute différente, et cela a à voir avec la façon dont nous parlons du langage lui-même.

A lire aussi : Professeur Xavier est mort en voulant lire l’esprit de Deadpool

Le rôle du discours rapporté

Selon les explications du linguiste Stef Spronck de l’Université d’Helsinki, en Finlande, parler du langage était un moyen de former certaines des premières structures linguistiques complexes dans l’évolution du langage. De nouveaux types de grammaire se seraient ensuite développés à partir de ces structures.

Le discours rapporté ou indirect peut, dans de nombreuses langues, conduire à la formation de nouvelles significations qui correspondent à certaines catégories grammaticales. Par exemple, la phrase « Il a dit : ‘’Je vais y aller’’ » peut signifier dans certaines langues « Il pourrait y aller », ou encore « Il est sur le point d’y aller ». Ces autres interprétations ne constituent pas vraiment des discours rapportés mais en sont des dérivées.

Les chercheurs ont déclaré que l’extension de sens dans certaines langues utilisant le discours rapporté pourrait être associée à des constructions grammaticales comme l’aspect, la modalité et le sujet. Un échantillon de 100 langues leur a permis de constater que le discours rapporté était présent sur tous les grands continents, et ce, indépendamment des familles linguistiques et des zones de contact.

D’après Spronck, les humains parlent tout le temps des pensées et des déclarations des autres, et ce dès qu’ils apprennent à parler. Selon ses dires, cela aurait laissé des traces sur les langues, et leur étude montre que le phénomène va bien au-delà des phrases simples du discours rapporté.

A lire aussi : Chrome va bientôt intégrer un bouton qui va rendre la lecture de vidéos plus confortable

La limite de l’étude

Dans leur article, les chercheurs suggèrent que le discours rapporté a une grande importance pour certaines parties essentielles de la grammaire et pour le sens de certains verbes. Selon eux, cela constitue l’un des premiers exemples de langage complexe.

Les chercheurs pensent toutefois que cette hypothèse est encore en partie spéculative puisqu’il demeure difficile de retracer le développement du langage sur des milliers d’années. En effet, les humains ont parlé depuis longtemps avant d’apprendre à écrire et à enregistrer les informations.

Pour Spronck, leur étude fournit une nouvelle histoire concernant l’émergence des catégories grammaticales, surtout celles qui sont connues pour être difficiles à expliquer. Ainsi, l’hypothèse ne visait en aucun cas à remplacer les explications cognitives traditionnelles de la grammaire.