Voilà pourquoi le Nord magnétique terrestre a glissé du Canada vers la Russie

C’est en 1831 que l’on a pu localiser pour la première fois la position du nord magnétique terrestre. À l’époque, celui-ci se trouvait au niveau de la Péninsule de Boothia, au Canada. Depuis, les chercheurs ont pu observer qu’il se déplaçait vers le nord avec une vitesse moyenne de 15 km par an. Avec l’évolution de la technologie, les mesures ont aussi commencé à être plus précises.

La question se pose par rapport à la raison de ce déplacement du nord magnétique. Une étude récemment publiée dans la revue Nature Geoscience par des chercheurs de l’Université de Leeds au Royaume-Uni et de l’Université Technique du Danemark pourrait offrir une solution à ce problème et révéler pourquoi le nord magnétique est en train de se déplacer du Canada vers la Russie.

Crédits Pixabay

D’après les scientifiques, en suivant sa trajectoire actuelle et avec sa vitesse qui est en train d’augmenter, le nord magnétique de la Terre se retrouva dans dix ans à une distance comprise entre 390 et 660 km. Il sera alors localisé dans les environs des limites nord de la mer de Sibérie Orientale.

La raison derrière le déplacement

Pour essayer de trouver la cause du déplacement du Nord magnétique, les chercheurs derrière l’étude ont analysé 20 ans de données géomagnétiques collectées par la mission Swarm de l’ESA. À partir de ces données, ils ont pu constater qu’il existait deux anomalies au niveau du champ magnétique terrestre que l’on appelle des flux magnétiques négatifs. L’une de ces anomalies se trouve en dessous du Canada, tandis que l’autre est localisée en dessous de la Sibérie.

Selon les scientifiques, l’importance de ces deux lobes sur la structure du champ magnétique près du nord magnétique est connue depuis des siècles. Ces lobes géants n’arrêtent pas de grandir et de se rétrécir au fil du temps et influent sur le champ magnétique que l’on peut percevoir à la surface.

En ce qui concerne le déplacement du nord magnétique, le géologue Philip Livermore de l’Université de Leeds a indiqué qu’historiquement, le flux magnétique négatif qui se trouve au Canada était celui qui avait l’ascendant. Le pôle magnétique a ainsi été centré au Canada. Toutefois, au cours des dernières décennies, le flux canadien s’est affaibli tandis que le flux sibérien a légèrement pris de l’ampleur. C’est la raison pour laquelle le nord magnétique s’est mis à accélérer en direction de la Russie.

Un futur incertain

Par rapport à cette explication, on peut ainsi conclure que le Pôle Nord magnétique va continuer à se déplacer. On ne sait cependant pas jusqu’à quand il va continuer à se mouvoir ni s’il va revenir un jour en territoire canadien.

Ainsi, il faudra développer plus de modèles pour pouvoir prédire avec certitude la position du Nord magnétique dans le futur, surtout que celle-ci est un paramètre important pour un grand nombre de systèmes de navigation.

Mots-clés terre