Voilà pourquoi les vaccins contre la Covid-19 n’ont pas été hackés

Le développement des vaccins contre la Covid-19 a bénéficié d’un important dispositif de sécurité. Une force opérationnelle a été mise en place pour prévenir les cyberattaques.

Les organisations de santé ont subi des vagues de cyberattaques de plus en plus importantes ces dernières années. La pandémie de Covid-19 n’a fait qu’aggraver la situation. Elles sont devenues des cibles privilégiées pour les pirates informatiques. La course à la recherche de vaccins pour mettre fin à la crise sanitaire mondiale s’est déroulée sur fond de cyberguerre. En mars dernier, un journal néerlandais a par exemple rapporté que l’Agence européenne des médicaments avait été piratée. La cyberattaque, qui a eu lieu en décembre 2020, aurait eu pour but d’obtenir des informations confidentielles sur les vaccins.

Des flacons de vaccin contre la Covid-19
Crédits Pixabay

Afin de prévenir un tel incident dans le développement des vaccins, les États-Unis ont constitué une task force. Cette dernière a surveillé des centaines d’entreprises essentielles au développement, à la production et à la distribution de vaccins.

A lire aussi : Après la Covid-19, un autre virus respiratoire grave touchant les enfants

Garantir la sécurité informatique des petites entreprises

L’approche américaine relative au développement des vaccins anti-Covid-19 a nécessité un investissement massif de 10 milliards de dollars. Les différents acteurs clés du projet ont été réunis dans le cadre du partenariat public-privé Operation Speed Warp. Des agences gouvernementales — telles que la Food and Drug Administration et le ministère de la Défense — ont travaillé avec des laboratoires et des sociétés pharmaceutiques.

L’Agence de la cybersécurité et de la sécurité des infrastructures est également impliquée dans l’initiative Operation Speed Warp. Cette entité fédérale a monté une force opérationnelle pour sécuriser les vaccins contre le coronavirus. Sa mission est de soutenir les petites entreprises jouant un rôle clé dans le développement des vaccins mais qui n’ont pas les moyens de se protéger des cyberattaques.

La première action de la task force a été d’identifier ces entreprises. Normalement, ces entités ne présentent pas d’intérêt pour les pirates informatiques. Cependant, leur implication dans la production de vaccins en faisait des cibles de premier plan. Après le travail d’identification, la cellule spéciale de la CISA a contacté chacune des sociétés pour leur proposer ses services. Elle a analysé les systèmes de sécurité à la recherche de vulnérabilités potentielles. Des outils d’intelligence artificielle personnalisés ont ensuite été utilisés pour combler les failles découvertes.

A lire aussi : Covid-19 : le CDC conseille le port du masque pour les personnes vaccinées

La chaîne de production des vaccins parfaitement protégée

Le groupe de travail de la CISA a aidé les petites entreprises à répondre aux cybermenaces au cours de l’année écoulée. Une campagne de phishing a ciblé le système de transport des vaccins de la chaîne du froid. Cette attaque n’a cependant eu aucun impact sur le développement des vaccins grâce au travail de la task force. La principale préoccupation de l’Agence pour la cybersécurité et la sécurité des infrastructures était une attaque de l’ampleur du piratage de SolarWinds qui a touché plusieurs agences fédérales américaines en 2020.

Mots-clés Covid-19