Voilà pourquoi nous ne gagnerons pas la bataille contre l’IA selon ce prix Nobel en économie

C’est indéniable, l’intelligence artificielle prend une place de plus en plus importante dans de nombreux domaines. Tandis que cette situation rend certaines personnes particulièrement enthousiastes, elle en effraye également beaucoup d’autres. C’est sûr, Daniel Kahneman, lauréat du prix Nobel de l’économie en 2002, fait partie de la deuxième catégorie.

Selon ce célèbre psychologue, l’IA pourrait négativement nous surprendre, et ce beaucoup plus rapidement que nous ne le croyons. Et lorsque ça arrivera, nous ne pourrons plus rien faire. Parmi les principales faiblesses qui joueront en notre défaveur, le chercheur pointe du doigt notre incapacité à nous adapter à des événements exponentiels.

Photo de Gerd Altmann. Crédits Pixabay

D’ailleurs, notre manière de gérer cette pandémie de COVID-19 nous le prouve, affirme Kahneman. Pour ce dernier, quand l’IA sera à même de donner des directives de gestion au niveau mondial, l’humanité sera perdue.

Selon Kahneman, les capacités de l’IA dépassent celles de l’être humain

Selon Daniel Kahneman, l’Homme ne peut exceller que dans un monde linéaire. Et face à des événements qui évoluent de manière exponentielle, nous perdons nos moyens. Ainsi, lorsqu’un événement inattendu et apparemment incontrôlable vient tout chambouler, l’être humain ne s’en sort pas. Kahneman pense d’ailleurs que la pandémie que nous traversons actuellement nous le prouve bien.

Il en va de même pour la technologie. Pour le chercheur, à l’instar de l’IA, cette dernière se développe trop vite et de manière exponentielle, à l’instar de cette pandémie de Covid. Ainsi, quand l’IA sera à son apogée, ce qui risque de ne pas tarder, l’Homme, habitué à une vision linéaire des choses, ne pourra plus lui faire face.

L’IA représente un grand danger, pour nous et pour le monde

Selon Kahneman, l’un des premiers secteurs qui seront touchés sera probablement celui de la médecine. En raison de la précision nettement plus accrue des diagnostics qu’elle offrira, l’IA est appelée à remplacer les professionnels de la santé.

Kahneman a également tenu à mettre les conseils d’administration des grandes entreprises en garde par rapport aux capacités de l’IA. Pour lui, cette technologie disposera bientôt d’un jugement commercial nettement supérieur aux leurs. Et à mesure qu’elle évoluera, cette technologie prendra très rapidement le dessus sur l’être humain.

Toutefois, qu’en sera-t-il du leadership, humainement parlant ? Pour Daniel Kahneman, à terme, l’IA n’aura que faire de l’espèce humaine. Ce qui ne peut qu’être inquiétant, voire très inquiétant.