Voilà pourquoi WhatsApp ne peut pas supprimer les messages des Talibans

WhatsApp est devenu un canal de communication des Talibans depuis leur retour au pouvoir. Incapable de lire les conversations, le service de messagerie chiffrée de bout en bout n’est pas en mesure de les bannir.

Le départ des troupes américaines d’Afghanistan aura ainsi précipité la chute du gouvernement en place. Les Talibans n’ont eu besoin que de quelques semaines pour reconquérir les grandes villes du pays. Le président afghan a précipitamment quitté le pays à l’arrivée des rebelles dans la capitale. Les nations étrangères rapatrient leurs ressortissants. Les citoyens qui craignent le régime autoritaire des Talibans tentent également de fuir le pays et se rassemblent massivement dans les aéroports. Ce changement politique radical risque de générer un important flux migratoire vers les nations européennes.

L'icône de WhatsApp
Crédits Pixabay

Les Talibans envisagent désormais de s’installer durablement au pouvoir. Ils se servent de WhatsApp pour communiquer directement avec le peuple.

A lire aussi : 4 nouvelles fonctions fraichement débarquées sur WhatsApp

Les Talibans veulent la confiance et la coopération des Afghans

Selon le Washington Post, les Talibans ont envoyé des messages aux habitants de Kaboul pour annoncer leur arrivée au pouvoir. Ils prennent en charge la sécurité dans la ville et les citoyens doivent leur signaler tout pillage ou comportement irresponsable, stipulaient les messages. « L’Émirat islamique vous assure que personne ne devrait paniquer ou avoir peur » et « les Talibans s’emparent de la ville sans combattre et personne ne sera en danger » sont des exemples de message que le quotidien américain mentionne dans son article.

L’utilisation des plateformes de communication modernes par les régimes autoritaires n’est pas un nouveau phénomène. La République islamique d’Iran utilise les réseaux sociaux Twitter et Instagram pour faire passer des messages aux Occidentaux. Les talibans ne sont pas tellement différents. Ils sont en réalité plus habiles sur le plan technologique que certains pourraient l’imaginer.

« Beaucoup considèrent que les Talibans sont archaïques, mais ils ont tout exploité, des médias sociaux aux drones. Nous les construisons, ils les utilisent », souligne Peter Singer, un expert en technologie de guerre de l’organisation New America Foundation. Les responsables du nouvel Émirat islamique afghan utilisent ainsi les différentes plateformes de messagerie instantanée et chiffrée depuis plusieurs années.

A lire aussi : WhatsApp Web vous prépare une petite surprise

Le chiffrement bloque WhatsApp

La vision occidentale voit les Talibans comme un ennemi de la démocratie et des droits de la femme. Interrogé sur la réponse de WhatsApp quant à l’utilisation du service par les Talibans, un porte-parole de l’entreprise a refusé de répondre. « En tant que service de messagerie privée, nous n’avons pas accès au contenu des chats personnels des personnes. Cependant, si nous apprenons qu’une personne ou une organisation sanctionnée peut être présente sur WhatsApp, nous prenons des mesures », a toutefois précisé le porte-parole.

Le chiffrement empêche ainsi l’application administrée par Facebook de bannir les dignitaires de l’Émirat islamique afghan.

Mots-clés whatsapp