Volvo dévoile le XC40, petit frère du prestigieux XC90

En marge du Salon de l’Automobile de Francfort, Volvo a dévoilé son dernier-né, le XC40, petit frère du mastodonte XC90. La marque suédoise a choisi Milan pour l’annonce officielle.

Malgré une fuite d’images importante, la présentation était attendue pour tout savoir sur ce nouveau concurrent, qui rejoint un segment très en vogue.

Volvo complète ainsi sa gamme par le bas pour s’attaquer avec ambition au marché des SUV compacts premium.

Pas de berline surélevée, mais un véritable SUV compact haut de gamme

Le Volvo XC90 avait fait sensation et rencontre un engouement majeur grâce à son design luxueux, robuste et son intérieur prestigieux. Le constructeur suédois étire sa gamme pour conquérir un large public grâce à un modèle logiquement moins onéreux et moins destiné à un marché de niche.

Le XC90 avait redessiné l’image de la marque en 2015, puis ce fut le tour du XC60, plus dynamique, et désormais celui du XC40 qui aura fort à faire face aux BMW X1, Mercedes GLA, Mini Countryman et Audi Q2.

Un SUV compact de plus certes, mais qui affiche une belle originalité grâce à son design sobre, futuriste, sans rien perdre en robustesse. Le lien de parenté est toujours visible entre le modèle de série et le concept Volvo 40.1 présenté en mai 2016. Un vent d’air frais sur un segment surchargé, mais sur lequel Volvo ne pouvait se permettre de rester plus longtemps absent.

Le format est dans la moyenne avec 4,42 mètres de longueur et 1,86 mètre en largeur. C’est le premier modèle de la marque à mettre l’accent sur la personnalisation, notamment avec son coloris bi-ton qui le différencie d’emblée de ses grands frères.

La signature lumineuse en forme de T reste de mise, les courbes donnent à l’ensemble un style plus décontracté et légèrement plus sportif, tout en conservant le classicisme scandinave. Les feux arrière verticaux qui s’élargissent en direction des ailes rappellent les anciens modèles de la marque, et permettent une identification immédiate.

Le large capot droit et la calandre anguleuse donnent de l’agressivité à la face avant. La partie haute du véhicule peut au choix être noire ou blanche. Elle permet d’estomper les montants du pare-brise et se réduit sur des custodes non vitrées… qui risquent de gâcher la visibilité arrière. Pas de soucis, alerte de trafic lors des manoeuvres en marche arrière et caméra 360° sont embarquées.

Des airs du passé mêlés à une modernité prestigieuse

En effet, Volvo oblige, les aides technologiques sont de la partie. Freinage d’urgence et pilote « semi-automatiques » sont proposés. La technologie s’empare également du tableau de bord avec un grand écran tactile vertical de 9 pouces placé entre deux aérateurs affinés.

Il côtoie un second – et immense – écran de… 12,3 pouces, en guise d’instrumentation digitale qui est, en plus, de série. Une planche de bord similaire aux modèles supérieurs, mais, comme à l’extérieur, plus « décontractée ». L’accent a été mis sur les rangements, avec des espaces pouvant accueillir un ordinateur dans chaque portière, un espace dédié aux smartphones avec recharge sans fil, et un coffre d’une belle contenance de 460 litres pouvant être compartimenté. La banquette se rabat via un simple bouton pour former ainsi une surface plane.

En option, des moquettes rouge et orange peuvent venir recouvrir le sol, les côtés du tunnel central ainsi que la partie inférieure des portes. De quoi rappeler l’époque et la feue C30. L’ensemble repose sur la nouvelle plateforme CMA, mise au point avec la maison mère Geely, et qui sera retrouvée sur les compactes chinoises et suédoises.

Concernant les motorisations, on retrouvera deux puissants quatre-cylindres 2.0, le T5 essence de 247 chevaux et le D4 diesel de 190 chevaux. En avril 2018, un inédit trois-cylindres 1.5 turbo essence de 150 chevaux viendra rejoindre la gamme. La marque a récemment annoncé que sa gamme sera électrifiée, ce qui laisse penser qu’une version hybride rechargeable, voire 100% électrique sera logiquement disponible d’ici 2019.

Le prix d’accès sera de 45 000€ pour une version D4 dotée d’une sellerie cuir, de la transmission intégrale et d’une boite automatique. Le futur trois cylindre fera descendre le prix aux alentours des 30 000€.

De quoi proposer une gamme variée pour un modèle réussi, très attendu, qui ajoutera sa fameuse touche scandinave dans le segment n°1 du marché automobile.

Crédits images : Volvo

Mots-clés francfortluxevolvo